AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 .{ Bastien Dupuis.

Aller en bas 
AuteurMessage
Bastien Dupuis
Nouveau
avatar

Féminin Nombre de messages : 27
Age : 25
Cheval Attribué : .{ Mariska.
Galops :
3 / 73 / 7

Date d'inscription : 17/06/2009

Feuille de personnage
Âge / Année: .{ 16 ans / Deuxième année.
Cheval: .{ Mariska.
Connaissances:

MessageSujet: .{ Bastien Dupuis.   Mer 17 Juin - 15:14

FICHE DE BASTIEN DUPUIS


..


NOM : DUPUIS.
PRENOM : Bastien.
ÂGE : 16 ans.
SEXE :
NATIONALITE : Française, origine : anglaise.
DATE ET LIEU DE NAISSANCE : 21 Novembre 1993, Londres - Angleterre.

CLASSE SOCIALE : Pauvre.
FAMILLE : Angela Dupuis ( sa mère) .
LIEU DE VIE : Paris.

CARACTERE :
Mais qui est donc ce cher Bastien ? Moi j'ai envi de dire : c'est le mec le plus génial qui existe sur la planète terre ! - Ça va les chevilles ? Elles enflent pas trop ? - Mes chevilles vont très bien, je te remercie ! Bon, vu que vous semblez plutôt septique sur ce fait totalement véridique, je vais vous en dire un peu plus sur ma personne : Premièrement, je suis une personne avec un coeur gros comme ça - écarte les bras au maximum. Je suis d'une nature généreuse et plutôt sympathique. J'arrive facilement à remonter le moral des gens, qui la plupart du temps m'apprécie au premier coup d'oeil à cause de mon côté extravertie et enjoué. Je vis dans un monde à moi, que je tente de rendre utopique, ce qui amène les gens à vouloir y entrer et donc à me connaître. Assez protecteur envers mes proches, cela entraîne effectivement la contre partie qu'est la jalousie. Ma plus grande valeur est certainement l'honnêteté, je dis toujours ce que je pense et de toute façon, mes sentiments sont tellement transparent, que l'on lis en moi comme dans un livre ouvert. Lorsque j'ouvre la bouche, c'est rarement pour parler sérieusement ou alors je parle à force de sarcasme et d'ironie que je maîtrise si bien. Comment ça je suis un frimeur ? Moi ? Bon d'accord, peut-être un peu ! Je peux être un peu collant parfois avec les personnes que j'aime, mais je fais passer cela à coup de câlins et de bisous - C'est magnon! - Si tu le dis, bref est-ce que j'ai des défauts ? Naann ! - Ouii ! - Hum, merci du soutien ! - Mais de rien ! - Si on ne peut même plus compter sur sa conscience pour nous soutenir, je vous jures. Bon mes défauts : disons que je suis plutôt têtu - Buté et colérique, je dirais ! - Grr ! Quand quelque chose ne me plait pas, je le dis, point ! - tu vois, tu t'énerve déjà ! - Si quelqu'un cherche une conscience je vend, nan je donne, la mienne. Alors appelé moi ! - T'a oublié de préciser que ton QI ne volait pas bien haut... - Je suis très intelligent, alors hein ! - En quel honneur ? - J'ai fait deux ans de maternelle au lieu de trois ! Et toc, prend ça dans les dents ! - Oh mon dieu, enfer et damnation, deux ans de maternelle au lieu de trois, mais c'est que c'est un futur prix Nobel ! Qui au passage parle avec une voix totalement imaginaire depuis bien dix minutes ! - C'est moi, ou elle se fiche de moi en plus ? - Ce mec est bon pour l'asile...
HISTOIRE : ( voir post suivant cause manque de place ! )
DESCRIPTION PHYSIQUE :
« S’il fait nuit, c’est donc que tout le bleu du ciel s’est déversé dans tes yeux . » On a tous entendu cette phrase au moins une fois dans sa vie, souvent prononcé par l’homme de votre vie pour vous . Mais, désolé de vous décevoir les filles, mais c’est complètement faux . Le bleu du ciel se déverse dans MES yeux . Et oui, j’ai la chance d’avoir des relations avec lui, et il m’a fait cette faveur . Sympa non ? Bref, pour être sérieux, c’est sans doute mon principal atout physique . De beau yeux bleus, comme en rêve tout les filles et comme on en voit dans tout les films à l’eau de rose . Ne me dites pas que c’est pas vrai, vous savez que j’ai raison . Passons . A part mes yeux, je dois dire que le reste est plutôt banal . Une chevelure on ne peut plus classique, faut dire qu’avec les miens, on peut pas faire grand-chose . Ou alors, c’est peut être moi qui est pas d’imagination qui sait ? La plupart du temps, ils sont dressés en l’air . Non pas parce que je mets du gel, mais parce que c’est comme ça qu’ils sont à mon réveil . Si vous voyez une petite touffe de cheveux châtains, c’est moi ! Sinon, et bah … Que dire de plus ? J’ai un visage assez fin pour un homme, un nez fin et droit, et des lèvres à en faire tomber à la renverse n’importe quelle fille . Bon j’exagère peut être un peu mais ça va, je m’en plains pas . Pour le reste de mon corps, et bah, désolé les mannequins, mais je vous bats à plate couture ! Des muscles assez développés, sans en faire trop . Une taille qui impose le respect - 1m86 environ - . En gros : Un Beau Gosse ! BD
STYLE VESTIMENTAIRE :
Il s’habille selon ses humeurs, mais jamais vraiment très classe, bien qu’à la mode. Il porte le plus souvent des chemises ouvertes sur des t-shirts avec un jeans ou des t-shirts avec un sweat. Il ne supporte pas les manteaux qu’il trouve trop encombrant. Ses chaussures sont de simples converses noires et blanches ou des baskets. Et il porte toujours sur lui sa montre et sa gourmette en argent. Parfois également, il ajoute une chaîne en argent à son cou. Mais il ne possède aucun piercings ou autres du genre.
AIME :
Ce que j’aime ? Oh facile, pleins de trucs ! - Alors là, je suis sur qu’ils sont tous très avancés avec ça ! - Mais laisse moi finir, voyons ! - Excuse moi, on t’écoute - Merci ! Bref, alors ou commencer ? Eh bien disons par ma première passion : Le Sport. Je suis se qu’on appel un accro au sport et a l’adrénaline ! Mon sport préfère : l'équitation. En plus je suis doué, c’est ma grande satisfaction personnel. Je m’entraîne régulièrement et je m’occupe également en enchaînant footing et séries d’abdos. Ma seconde passion, n’a pas vraiment grand chose à voir avec la première : il s’agit de la musique. J’aime écouter de la musique pendant des heures, d’ailleurs, bien que personne ne le sache, j’écris des textes de chansons. Je chante disons ni bien, ni mal. Mais bien que j’en rêve, je ne possède pas d’instrument et n’ai jamais appris à en jouer : bien que je donnerais tout pour une guitare. J'aime passé du temps à m'occuper de ma monture. Sinon, je suis le mec classique de seize ans : j’aime faire la fête, sortir avec des potes, allé voir des matchs de basket , sortir avec des filles ( avec qui j’ai du succès d’ailleurs !). Bref, le basique quoi.
N’AIME PAS :
Alors là, j’ai très, mais alors très envie de dire : ma conscience ! - Oh ! Je suis vexé et blessé là ! - J’ai envie de dire, tant pis pour toi ! Je ne supporte pas de rien faire : c’est plus fort que moi, il faut toujours que je bouge, que je cours, que je parle ! A oui, ça c’est un truc, je suis hyper bavard. Même quand j’ai rien à dire je parle, ce qui fait que quand je suis à cours d’inspiration, il m’arrive de sortir des « ah la la » à répétition. Sinon, je ne supporte pas les fainéant et les personnes trop silencieuses ou mystérieuses ont tendance à m’exaspérer, bien qu’elles soient de bons défis pour moi. Je vous ai dis que j’aimais le sport, mais par contre je ne supporte pas le foot ! Nan, désolé mais c’est vraiment pas mon truc de taper dans un ballon avec le pieds. Ensuite, je ne supporte pas les filles superficielles, genre les miss je-me-la-pet-parce-que-je-porte-des-diamants, bah avec moi, elle est mal barré. Également, je croix que la fille qui arrivera a me traîner avec elle pour faire du shopping, elle n’est pas encore née ! Je ne supporte pas non plus les mecs qui se la joue grosse brute, je trouve ça pitoyable. Sinon rien à voir, mais je n’aime pas les maths ! Je dirais même que j’ai développé une allergie à cette matière ! Rien que d’y penser, ça me gratte ! - « lol » - Tiens t’es toujours là, toi ?! - Mouais... - Dommage. Bref, approximativement, ça donne ça. Ah et j’ai les insectes en horreur ! Je hais ce qui rampe, petit avec toutes ces pattes... Beurk !

NIVEAU : Galop 3.
DICSIPLINE PREFEREE : Saut d'Obstacle.
DISCIPLINE DETESTEE : Attelage.
LE CHEVAL PARFAIT : Mon cheval idéal, je dirais déjà de ma race préféré, c'est à dire un selle français. La robe plutôt alezan ou bai avec des marques blanches. Plutôt hongre ou jument car je m'entends souvent mal avec les entiers. D'un caractère énergique : je préfére devoir ralentir ma monture plutôt que de devoir la solicité sans cesse. Ombrageux et difficile ou Doux et collant, en toute franchise peu importe, je m'adapte assez facilement. Un cheval avec un bon coup de saut mais pas encore trop travaillé que je puisse poser mes propres "boutons de commandes". Sinon, pas un grand doué en jeu et randonnée. Peut-être quelques faiblesses en dressage également. Enfin à vous de voir ! ; )

PUF : KEY *
OU AVEZ-VOUS TROUVE LE FORUM ? Top Rpg Cheval.
DES IDEES ? Nothing.
PERSONNAGE SUR L’AVATAR : Zac Efron. ( je sais qu'il était noté pris, mais j'ai vérifier et la personne qui l'avait n'est pas venu depuis plusieurs mois...)
CODE(S) : [ OK - Matthew ]
NIVEAU REEL EN EQUITATION : Galop 6.
MOT DE LA FIN ? Bah rien ! xD Ah si : désolé du double poste, mais sinon j'avais pas la place ! ^^"


Dernière édition par Bastien Dupuis le Mer 17 Juin - 15:48, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bastien Dupuis
Nouveau
avatar

Féminin Nombre de messages : 27
Age : 25
Cheval Attribué : .{ Mariska.
Galops :
3 / 73 / 7

Date d'inscription : 17/06/2009

Feuille de personnage
Âge / Année: .{ 16 ans / Deuxième année.
Cheval: .{ Mariska.
Connaissances:

MessageSujet: Re: .{ Bastien Dupuis.   Mer 17 Juin - 15:15

Histoire :
__ L' Angleterre, l'île ou l'on aperçoit si rarement le soleil d'après de nombreux préjugés. Bon d'accord, ce n'est pas que des préjugés car ce jour là, il pleuvait. Nous étions le 21 Novembre 1993, dans une chambre d'hôpital de la banlieue londonienne. Le petit bâtiment n'était pas très fréquenter, la plupart des gens préféraient se rendre au nouvel hôpital, le grand, avec ses nouveaux médecins des grandes villes du monde. Mais lorsque vous étiez de famille au budget modeste, vous vous rendiez dans cet endroit ci. L'hôpital du quartier de Breastone. C'était là que ma mère c'était rendue lors de ma naissance. Angela Dupuis, une femme d'environs vingt-cinq ans à l'époque. Plutôt petite et brune, elle travaillé comme serveuse dans un bar dans l'un des quartiers touristiques de la capitale. Elle était accompagné de son mari, mon père : Enry Parker, un homme d'une trentaine d'année, qui travaillé comme ouvrier en bâtiment sur des chantiers. En ce jour là, Angela était allongé dans sa chambre d'hôpital, les joues rendus rouge et le front trempé de sueur par l'effort, son mari souriant à ses côtés. Elle tenait dans ses maigres bras un poupon qui venait tout juste de naître : Bastien Enry Dupuis Parker. Je ne me rappel pas de cette époque, comme tout le monde, mais j'ai vu de nombreuses photos et ma mère m'a raconté que lorsque j'étais venu au monde, je leur avait fait une belle peur car je n'avais pas pleurer. Je n'avais pas prononcer un son, alors que j'aurais du en sentant l'air pénétrer pour la première fois dans mes poumons. Elle avait ensuite ajouté en rigolant que je m'étais bien rattrapé par la suite. Bébé infernal, je passais mon temps à tester mes cordes vocales.


Je grandis. Comme tout le monde me direz-vous. A l'âge de 3 ans, j'entrais à l'école maternelle à deux rues de notre petit appartement. On me qualifia alors d'être charismatique : partout ou j'allais, on voulait me parler ou jouer avec moi. Il faut dire que j'avais un caractère bien trempé et que j'étais une vraie boule d'énergie. Plutôt que de me faire passer en deuxième année de maternelle, on me fis passer en troisième année car je m'ennuyais. Je rencontrais ainsi mon meilleur ami : Etan Hullian. Un petit blondinet complètement à l'opposé de moi. La première fois que nous nous étions parlé, je m'en souvenais parfaitement car c'était désormais l'un de mes souvenirs les plus précieux : Il était seul dans son coin, un livre sur les genoux qu'il ne regardait pas. A la place, il observait les nuages cotonneux qui s'accumulaient au dessus de nos têtes. J'avais laissé tomber mon petit groupe pour venir m'asseoir près de lui. Il avait alors tourné deux grands yeux bleus, étonnés vers moi. Je lui avais souris avant de lever le nez et de désigner un nuage parmi tant d'autre et de dire : " Celui là ressemble à un cheval ! ". Le petit blond avait levé les yeux avant d'acquiescer et de sourire. C'était ainsi qu'était née notre amitié. Etan était devenu le frère que je n'avais jamais eu. A nous deux, nous fîmes plus de bêtises que tout les autres réunis, bon j’avoue que la plupart étaient de mon idée, mais il m’aidait pas mal aussi !


Quelques années plus tard, eus lieu la tragédie de mon enfance. Ce qu’aucun enfant, personne ne devrait avoir à vivre un jour. Un soir, j’avais alors sept ans, alors que je rentrais de l’école en riant en compagnie d’Etan : je découvris ma mère effondré. Ses yeux étaient rendus rouge par les larmes qui n’avaient de cesse de couler sur ses joues pâles. Ses lèvres étaient blanches et elle tremblait. Je pensais un instant qu’elle était malade et congédié mon ami, qui compris et partis. Je m’approchais d’elle et lui tendis un mouchoir en papier. Elle ne le prit pas mais m’attrapa soudain dans ses bras, me serrant fort contre son sein. Comme si elle avait eut peur que je ne m’en aille. Je la serrais à mon tour, me demandant ce qui pouvait la rendre aussi triste. Elle fini par me le dire. Me regardant, les yeux toujours baignés de larmes, elle me murmura ces mots hésitants et qui pourtant résonnèrent avec force dans la petite cuisine de notre appartement : « Ton papa... Ton papa est partis. » Partis ? Le mot n’était pas exact, il n’était pas partis, il était mort ! Un accident sur un chantier, une mort comme il y en a beaucoup. Mais lui ce n’était pas n’importe qui : c’était mon père. Sans que je ne m’en rende vraiment compte, des larmes silencieuses se mirent à inonder mes joues tandis qu’elle me reprenait dans ses bras pour tenter vainement de me consoler tout en luttant contre sa propre tristesse. Deux jours suivirent, et nous nous retrouvâmes dans l’un des cimetières de Londres avec les quelques membres de la famille qui avaient pus se libérer et un ou deux collègues et amis du défunt.


Quelques temps plus tard, je me retrouvais à bord d’un train avec pour destination : Paris. Les parents de ma mère y habitait depuis toujours, quand à Angela, elle y avait grandis avant de partir pour Londres pour continuer ses études. Et c’était là qu’elle avait rencontré Enry. Pendant le trajet, elle me parla vaguement de ses parents, mes grands-parents, que je connaissais pas : elle m’apprit qu’ils se nommaient Paul et Viviane. Des prénoms qui me parurent étrange à moi qui ne connaissait rien de la France, moi qui ne parlais pas un mot de français. Elle m’apprit les basses durant le reste du trajet : des mots tel que « Bonjour », « S’il te plait » ou encore « Merci ». Je retenais facilement. Quand nous arrivâmes à la gare du Nord, je fus abasourdie par le bruit de la ville et les conversations que je ne comprenais pas. J’étais totalement perdu. Alors vous imaginez ma surprise quand une vieille dame m’aborda en me serrant vigoureusement dans ses bras et en m’embrassant sur les deux joues. Je n’eus aucune réaction, lançant un regard à ma mère, elle se contenta de hocher la tête. J’en conclus donc que cette vieille femme n’était pas une folle, mais tout simplement ma grand-mère. Je dis l’un des seuls mots que je connaissais pour toute salutation timide : « Bonjour. » Elle me gratifia d’un immense sourire chaleureux, je l’aimais de suite. Ensuite, portant notre seule bagage, un homme apparut, il embrassa ma mère sur la joue avec chaleur avant de me tendre une main. Je la saisis pour la serrer. Aussitôt, Grand-mère m’entraîna avec elle vers la sortis pour me faire monter dans leur petite voiture suivis de près par Angela et Grand-père.


Ma grand-mère m’apprit le français durant les grandes vacances et ensuite, je fus inscrit à l’école primaire du quartier voisin. J’étais le petit nouveau, autrement dis la coqueluche ! Je me fis de nombreux copains et copines, mais aucun n’arrivait à la cheville d’Etan. Aucun ne méritait le titre d’ami. Il me manquait, lui et ses grands yeux bleus incrédule face à mes idées farfelues. Néanmoins, je ne pouvais plus revenir en arrière. J’aimais passé du temps avec mes grands-parents ! Mamie était quelqu’un de très gentille et elle m’appris pleins de choses : tel que cuisiner ou également à apprécier la musique. Elle avait également un don avec les animaux. J’étais tout simplement fasciné. Quand à mon grand-père, il m’emmenait régulièrement en forêt pour découvrir la nature et c’est également lui qui me fit découvrir l'équitation. Pour mon dixième anniversaire, il m'inscrit dans un poney club en banlieu. C'est là que j'appris à monter. Il m'emmenait également voir les courses à Chantilly, les week-end ou pendant les vacances. J'adorais ça.


A l’âge de onze ans, j’entrais au collège. Un collège public de Paris, ou je retrouvais la plupart des gamins de mon quartier. J’étais maintenant non seulement populaire en tant que « ami à avoir » mais également au près des demoiselles, qui n’avaient de cessent de me courtiser. J’intégrais l’équipe de basket de l’école nommait les Corsaires. Mon entraîneur était très fier de moi, et en quatrième je passais capitaine de mon équipe arborant fièrement mon numéro 14 comme chiffre porte bonheur. Nous gagnâmes les régional cette année là. C’était l’un de mes meilleurs souvenirs, lorsque Adrien me fit la passe par dessus les têtes de nos adversaires et que je ‘attrapais dans un bond avant de dribler comme un diable vers le panier et de marquer le point décisif du match. C’était également en quatrième que je participais à mes premières compétitions de saut d'obstacle avec une jument du club du nom de Chikadee. Nous nous rendimes au France club et fimes une bonne deuxième place. Ensuite tout s'enchaîna : J’étais le célèbre capitaine de l’équipe de basket. Je n’avais pas le temps pour vivre et rencontrer des gens intéressant.


Le lycée m'ennuyait. Je séchais de plus en plus pour me rendre au club pour monter ou travailler dans les écuries. Je participais à quelques compètes. Jusqu'au jour ou après une epreuve : j'étais entrain de sécher Chikadee lorsqu'un homme entra dans le boxe et demanda a me parler : j'acceptais. Et là, il me parla d'une académie, d'un concours, de selections, de prestige, d'un honneur... Je ne compris pas tout : jusqu'à ce qu'il me dise que j'étais selectionné parmi les potentiels futurs élèves du Domaine de la Rose Noir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sheryl O'Connel
Nouveau
avatar

Féminin Nombre de messages : 29
Age : 30
Cheval Attribué : Jump it
Métier : Surveillant
Animal de compagnie : //
Galops :
5 / 75 / 7

Date d'inscription : 14/06/2009

Feuille de personnage
Âge / Année: 19 ans
Cheval: Jump it
Connaissances:

MessageSujet: Re: .{ Bastien Dupuis.   Mer 17 Juin - 16:03

Bienvenu

Sympa la présentation avec la conscience. Très originale ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Campbell
Elève Appliqué
avatar

Nombre de messages : 261
Cheval Attribué : Lose Control
Métier : Surveillant
Galops :
5 / 75 / 7

Date d'inscription : 15/07/2008

Feuille de personnage
Âge / Année: 21
Cheval: Lose Control
Connaissances:

MessageSujet: Re: .{ Bastien Dupuis.   Mer 17 Juin - 16:09

Bienvenue
Tout me parait bon, et puis c'est pas trop grave pour les images de Zac Efron^^
Tu auras Mariska

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-rose-noire.naturalforum.net/dossiers-valides-f45/matth
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: .{ Bastien Dupuis.   

Revenir en haut Aller en bas
 
.{ Bastien Dupuis.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dr. Kenny Bastien grand pretre du populisme lache le navirre
» Vamos a la playa, a mi me gusta bailar... ? [Bastien]
» SANBLE KELLY BASTIEN MOURI
» Bastien de Louhans
» Refuge (à temps plus que partiel.) de Bastien.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
. Domaine de la Rose Noire . :: ACCUEIL :: INSCRIPTIONS :: DOSSIERS VALIDES-
Sauter vers: