AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Liberté et rêve d'évasion [Audrey]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zac Chester
Elève Appliqué
avatar

Féminin Nombre de messages : 226
Cheval Attribué : Jubilee
Métier : Elève
Animal de compagnie : Domino
Galops :
3 / 73 / 7

Date d'inscription : 07/07/2008

Feuille de personnage
Âge / Année: 17 ans && 3ème année
Cheval: Jubilee
Connaissances:

MessageSujet: Liberté et rêve d'évasion [Audrey]   Jeu 12 Mar - 21:26

    Cela se passait dans un forêt, près d'un lac qui ressemblait étrangement à celui de la Rosa Noire. Tout était sombre. Un cri féminin se fit entendre au loin, puis plus rien. Une silhouette hatelante sortit de la pénombre en courant se rapprochant de l'eau. On put distinguer un visage couvert crispé par la peur de sang au clair de Lune. C'était le visage de Zac...

    - Tititiii Tititiii... !
    - Hein ?!

    Zac sursauta et passa une main dans ses cheveux collé sur son front par la sueur. Il mis sa main sur son réveil et chercha à taton le bouton pour l'éteindre afin d'éviter de ne réveiller son colocataire. Prenant son portable posé sur sa table de nuit, il se dirigea vers la salle de bain d'un pas trainant. Fermant la porte à clé, il alluma enfin la lumière. C'était ça les joies de la colocation ! Aucune intimité et en plus, il fallait évité de déranger l'autre. Zac regarda l'heure : 5h03. Il soupira puis se frotta la nuque réfléchissant à ce qu'il allé faire.
    Finalement, il posa son téléphone sur le bord du lavabo et enleva son bas de survet, pyjama de fortune, et rentra dans la douche. Il n'arriverait pas à se rendormir alors autant se lever complètement. L'eau chaude le réveilla et lui éclaircit les idées. C'était un drôle de rêve qu'il avait fait, bizarre... Le lac qu'il avait vut rappellant celui de la Rosa Noire lui fit penser qu'il n'avait plus son attelle. Enfin ! Zac souria, et éteint l'eau. Il sortit de la douche et enfila un jean avec un polo avant de sortir de la chambre. Il n'avait pas envie de rester là.
    Zac erra dans les couloirs pendant plus d'une heure. A sept heures, lorsque les autres élèves commençaient à se lever et à aller vers la cafétéria, il préféra chercher un lieu à part, là où il n'y aurait personne pour le déranger. Tournant à droite pour prendre les escaliers menant au premier étage.

    ***

    Dix minutes plus tard, Zac passa sa tête par la porte entre-ouverte du théâtre pour s'assurer qu'il n'y avait personne. Un sourire se dessina sur ses lèvres, la salle était bien déserte. Le jeune homme avait besoin de calme et le théâtre s'était de suite imposé à lui. Rentrant dans la pièce sombre et silencieuse, il referma la porte derrière lui. Aujourd'hui était un grand jour : il avait enfin enlevé son attelle. Mais au lieu de monter à cheval, sortir ou encore faire la fête, le jeune homme avait préféré s'isoler. Zac marcha entre les sièges de velours rouges et monta sur la scène au parquet lustré.
    Il souria en voyant les quelques rangées de sièges vides. Il se laissa finalement tomber au sol et s'alongea sur le dos, les mains derrières la tête.
    Le silence fut pour lui comme un mélodie douce et chaleureuse qui l'envouta. Son esprit se vida et peu à peu il repensa à tout ce qu'il lui était arrivé depuis son arrivé au domaine de la Rose Noire. D'habord Jubilee, puis de bonnes rencontres, enfin, certains plus mauvaise, et surtout de la liberté. Bien que Zac est l'air d'un jeune homme bien éduqué, parfaitement intégré dans la société, il gardait en lui un rêve d'évasion et de liberté...
    Un cri strident le tira de sa rêverie, lui rapellant aussi son cauchemar de cette nuit. Zac se redressa sur les coudes tandis qu'il entendit des pas venir vers le théâtre. Il soupira, adieu liberté...
    Mais les bruit s'arrêtèrent. Zac se laissa alors retomber au sol. Peut-être finiront-il par le laisser tranquille.
    Apparament non. Soudain, la porte s'ouvrit en grand et il entendit une personne rentrer dans le théâtre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Audrey Delalande
Jeune Intégré
avatar

Féminin Nombre de messages : 73
Cheval Attribué : Tell me
Animal de compagnie : Candy
Galops :
3 / 73 / 7

Date d'inscription : 02/03/2009

Feuille de personnage
Âge / Année: 15 ans/ 1er année
Cheval: Tell me
Connaissances:

MessageSujet: Re: Liberté et rêve d'évasion [Audrey]   Mer 18 Mar - 0:30

    Il était là, ses grand yeux effrayant fixer sur Audrey, pourtant elle n’était pas inquiète, elle le connaissait, c’était son entraîneur de complet, ou même plus son amie. Elle savait ce qu’il allait faire, ce qu’il avait déjà fait et ce qu’il refaisait maintenant dans ses rêves toutes les nuits pourtant chaque nuit elle lui laissait faire. Elle lui avait pourtant accordé sa confiance, pour la première fois elle avait accordé sa confiance à quelqu’un mais il l’avait trahit. Il lui avait volé son insouciance et chaque nuit elle revoyait la scène. C’est pour cela que la jolie brune avait fuit son confort parisien et était venue s’installer dans cette Académie en Camargue, pour oublié, pourtant elle n’y arrivait pas. Peut être valait mieux ne pas essaye de fuir mais plutôt accepter, pourtant la jolie brune n’arrivait toujours pas accepter ce qui lui était arrivée, mais pouvait-on vraiment accepter cela ? Audrey se réveilla en sueur comme chaque matin, les yeux révulsé, la peur au ventre comme quand c’était arrivé. Elle se sentait sale, étouffait, sa respiration était haletante, ses bras encadrait son ventre comme si elle essayait d’empêchait tout son cœur d’éclater en mille morceaux. Elle regarda son réveil il n’était que deux heures du matin. Audrey savait qu’elle n’arriverait pas à se réveiller, elle était encore sous le choque, ne pouvait même pas bouger tellement l’évènement qu’elle avait revécut l’avait choqué. Après une demi-heure elle se leva, éteignit son portable qu’il ne sonne pas pour rien. Elle ne risquait pas de réveiller sa coloc’ puisqu’elle en avait pas pour le moment. C’était d’ailleurs tant mieux puisqu’elle occupait les deux armoires qui étaient rempli à ras-bord. Comme il lui restait beaucoup de temps et qu’elle ne savait pas quoi faire, elle décida d’aller courir. La jolie brune enfila un jogging, puis regarda Candy sa chienne qui était dans son panier, la chienne ouvrit un œil puis l’autre, observa sa maîtresse complètement affolée et en nage. La chienne comprit qu’elle avait besoin d’elle se leva d’un bond mais elle était endormie à un tel point qu’elle se ramassa par terre. Audrey malgré la terreur ne put s’empêcher de rire. Candy se releva et sauta sur Audrey pour lui assener de gros coup de langue.

    -D’accord, d’accord je te prends avec ! Mais je te préviens t’arriveras pas à me suivre.


    Audrey ouvrit la porte suivit de près par Candy qui étant dresser pour l’agility se comportait très bien et suivait sa maîtresse ne la dépassant jamais. Une fois dehors Audrey commença à courir, elle avait reprit son souffle mais était toujours préoccupée, le sport lui permettait toujours d’extériorisé ses sentiments tout comme la musique. Candy était une chienne très athlétique et elle suivait à la perfection sans s’essouffler. Il faisait noir, Audrey suivait les réverbères il n’était que 2h30. Audrey et Candy coururent pendant deux heures. La jolie brune arriva essoufflé et la chienne en pleine forme. Audrey donna un bol d’eau à Candy qui se jeta limite dessus puis elle alla se doucher. Pour le moment elle allait mieux elle avait réussit à oublier mais jusqu’à quand ? Elle tiendrait au maximum jusqu’à ce soir dans son lit, lorsqu’elle ne contrôlerait plus ses rêves. Il était 5h00 du matin et des poussières. Audrey n’était pas fatigué, à vrai dire elle avait peur du sommeil et de ce qu’il entraînait. La jolie brune attacha ses cheveux, enfila un jean et un t-shirt au hasard, ne voulant pas rester un instant de plus ici. Puis elle se leva, ouvrit la porte, entendit gémir Candy, hésita.

    -Je reviens ma belle !


    Puis elle sortit, étrangement quand elle n’était pas en contacte avec d’autres personne elle n’avait pas cette air de supériorité et de profonde indifférence, était ce donc les autres qui la rendait ainsi ? Peut être bien que oui peut être bien que non !^^
    Audrey avait décidé d’aller voir son cheval Tell me, en tout cas elle ne voulait pas rester à ne rien faire. Elle entra dans le box du palomino. Ce qu’elle vu, n’était d’autre qu’un spectacle des plus affligeant, le bel hongre était couché, le souffle coupé, il semblait agonisé, c’était à cause de son souffle au cœur. Audrey était paniqué cela la lui faisait tellement mal quand il souffrait. Son cœur en lambeau, les larmes roulant sur ses joues pour la première fois depuis très longtemps. Elle qui s’était jurer de ne plus pleurer c’était raté pour le coup. Elle se coucha à côté du quarter horse, posa sa tête contre son encolure et tripota dans ses crains, elle resta 10 minutes comme ça puis elle réalisa qu’il était peut être temps d’appeler quelqu’un à l’aide. Audrey sortie du box, fermant la porte derrière elle, rentra à l’intérieur, se perdis, chercha quelqu’un de partout mais à 7 heure il n’y avait personne.
    Dans le désespoir elle cria, dans sa course elle avait sécher ses larmes même si ses yeux demeuraient encore rouge.


    -Y a quelqu’un ???????????? OUHOUHOUHHHHHHHHHH ! J’ai besoin d’aide !!!!!!!!!!!!!!!!!


    Audrey ouvrit une porte, cela semblait être le théâtre. Au début elle en vit personne et faillit rebrousser chemin puis soudain elle aperçut quelqu’un allonger sur la scène. Elle courut vers lui enjambant les sièges, cela faisait déjà un moment qu’elle avait enlevé ses chaussures à talon qui la freinait. La jeune brune abandonna sa carapace jugeant qu’il valait mieux être un semblant aimable si elle voulait de l’aide. Elle était toute décoiffer, transpirant, elle avait du mal à respirer et ses yeux était légèrement rouge. Bref elle n’était pas des plus élégante contrairement à ses habitudes. Elle s’exprima très rapidement, d’une traite et sans reprendre son souffle, elle était vraiment pressé.


    -Mon cheval à un souffle au cœur mais il fait jamais d’aussi grosse crise, je trouve personne, je sais pas qui t’es mais la j’ai pas le temps de faire connaissance, j’ai vraiment besoin d’aide, désolé de te déranger dans euh … ta sieste en publique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-rose-noire.naturalforum.net/dossiers-valides-f45/audre
 
Liberté et rêve d'évasion [Audrey]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» les chemins de la liberté
» Evasion - Ma seule liberté est de rêver alors je rêve de liberté.
» Fort-Liberté, une potentialité touristique
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
. Domaine de la Rose Noire . :: ACADEMIE :: PREMIER ETAGE :: THEATRE-
Sauter vers: