AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Repos cachette [Pv]

Aller en bas 
AuteurMessage
Jamie Fraser
Palefrenier
avatar

Féminin Nombre de messages : 12
Age : 26
Cheval Attribué : Jazz
Métier : Palefrenier
Galops :
4 / 74 / 7

Date d'inscription : 07/02/2009

Feuille de personnage
Âge / Année: 25 ans
Cheval: Jazz
Connaissances:

MessageSujet: Repos cachette [Pv]   Dim 8 Fév - 17:55

    Pv avec Marion Duval

    L'après midi était quasiment finit. J'avais bientôt ma première journée de travail. J'avais fait connaissance avec les chevaux qui m'entouraient. Pas tous bien sur, ils étaient assez nombreux pour que je prenne une semaine avant de tous les voir. Sa me prendrait plus qu'une semaine pour m'adapter à mon nouveau lieu de travail, mais je savais que je finirais par m'habituer. J'étais en France depuis 2 semaines déjà. J'avais passé une semaine à divaguer dans les différents lieux et m'habituer à se nouveau mode de vie. Je peux dire et affirmer que ne pas voir des gens partout déguisé en cow boy, sa faisait du bien. J'y était habitué depuis ma naissance, même moi je ne faisais pas obstruction à la règle. Mais j'aime bien me fondre dans la masse en portant des vêtements des plus banales. Dans un restaurant ou un hôtel, aussitôt que j'ouvre la bouche, je sens les regards sur moi. Je me sens toujours un peu mal à l'aise, mais je n'ai pas peur de montrer d'où je viens. Certes, j'ai un accent, mais que voulez-vous, je fais avec. Au Canada, on peut parler anglais, il y a une seule province où l'ont parle français, mais je n'y suis pas allé. Ici, je me force à parler la langue que j'ai apprit en plusieurs mois.

    Pour finir ma journée de travail, je rentre le dernier cheval qui était destiné au box. Une fois à l'intérieur, je referme la porte, panse la bête, lui retire son licol et me retire. Comme j'ai encore ma veste sur le dos, je sors à l'extérieur et reste un moment sur le seuil de la porte. Je me mit à fixer le ciel, sans vraiment le regarder. Je venais de me perde dans mes réflexions. Si quelqu'un passait par la, il aurait trouvé bizarre de me voir planter la, la tête en l'air, les sourcils froncés. Se genre de chose m'arrivait souvent. Je me posais un tas de questions. Est-ce que j'avais bien fais de traverser l'Atlantique? Oui, j'étais venu pour apprendre différente manière de traiter le cheval. Et j'avais déjà vue beaucoup de différence. Ici, les selles western étaient quasiment inexistante. Et chez moi, il n'y avait rien d'autres. Aussi, le dressage, je n'avais eu que 2 démonstrations au Canada, mais ici, je peux affirmer de nouveau qu'ils sont très doués la dedans. Je déteste le dressage, se n'est pas mon genre, mais regarder les gens faire, c'est passionnant. Comment un cheval peut-il apprendre tant de choses. J'aurais pu me taper le front en disant sa, les chevaux du Texas faisaient quasiment la même chose. On leur apprenait à rassembler le bétail, et tout plein d'autre choses.

    Revenant à la surface, je regardais une dernière fois derrière moi et me mit à marcher en direction de ma camionnette. Et si je restais encore un moment? Explorer les lieux? De toute façon, une fois chez moi, j'allais me morfondre en écoutant la télé et en lisant les emails incessant de ma mère à qui je devais répondre tout les jours, bien sur, je passais par dessus et me reprenais le week-end. En regardant autour de l'écurie, je vis une grange. Je n'y était pas allé encore, et je me demandais à quoi sa ressemblais de l'intérieur. La curiosité l'emporta et je marchais d'un pas décider vers cette grange. En poussant le battant, je n'y vit que l'obscurité. J'ouvris grand la porte pour laisser pénétré la lumière et vit mieux se qui se présentait devant mes yeux. Des balles de foins. Je ne put retenir un sourire. J'avançais, les pieds dans la paille. Et si je prenais un moment pour me remettre les idées en places? Continuant ma visite des lieux, je décidais de me poser sur l'une de ces balles. Je posais mes mains sur l'une d'elle, agrippait le foin et me propulsais avec mes pieds. Et m'assis dessus, tout sa sans difficulté. J'avais toujours fais sa, surtout dans mon enfance. Je posais mes coudes sur mes genoux et me prit le visage entre les mains, me massant les tempes. Tout à coup, j'étais complètement seul, aucun chevaux, personnes à l'intérieur. J'aurais peut être du attendre un peu avant de penser sa... Un craquement, un couinement et une souris passa sous mes pieds. Je la regardais partir, surpris. Et s'il n'y avait pas qu'une petite souris ici?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marion Duval
Admin & Ethologue
avatar

Féminin Nombre de messages : 1312
Age : 25
Cheval Attribué : Olympe & Just Another
Métier : Ethologue
Animal de compagnie : C'Kiss Cool
Galops :
7 / 77 / 7

Date d'inscription : 11/05/2008

Feuille de personnage
Âge / Année: 20 ans
Cheval: Olympe & Just Another
Connaissances:

MessageSujet: Re: Repos cachette [Pv]   Dim 8 Fév - 21:29

    Rude journée. Encore et toujours une rude journée. Il était dans les environs de cinq heures de l’après midi. Dehors, le soleil commençait à redescendre et l’obscurité s’installait. Marion Duval marchait dans l’allée principale du Domaine de la Rose Noire, une guitare perchée sur le dos. Elle venait de passer deux heures à déblayer les écuries de l’épaisse couche de neige, et les saler. C’était un travail monstrueux. Le matin, faute de temps, elle avait mit Just Another et Olympe en liberté dans le manège pendant une heure pour qu’ils se défoulent un peu. Elle avait ensuite prit Lys, une ponette Welsh appartenant à l’un de ses clients, pour travailler. C’était une pouliche adorable qu’on lui avait confiée pour qu’elle la débourre à la manière des chuchoteurs. Le travail était délicat mais, passionnée comme elle l’était, Marion avait accepté. Le lendemain, le propriétaire viendrait pour sa première séance avec la ponette. A cause de la neige, Marion était restée à l’internat pour déjeuner. Il était trop dangereux de sortir par un temps pareil. Ainsi, elle avait pu parler avec Nusicaa sur la tache qui les attendait. En effet, elle était l’heureuse élue qui apprendrait les savoirs de Marion. L’après midi, la jeune fille avait parcourut le Domaine avec l’un des palefreniers et son oncle pour réparer les barrières qui s’étaient effondrés sous le poids de la neige. A présent, elle avait été libérée pour le reste de la journée, mais comme il neigeait encore, elle ne préférait pas prendre la voiture pour rentrer chez elle.

    Devant elle, courrait Kiss Cool, le Border Collie qui l’accompagnait presque partout. Sa robe noire et blanche contrastait merveilleusement avec le manteau neigeux. La jeune femme se pencha par-dessus une plaque de verglas pour regarder à quoi elle ressemblait. Sa longue chevelure noire encadrait un visage de lait. Deux incroyables prunelles dorées flamboyaient comme deux étoiles. Elle portait une veste en cuir, noire. Une écharpe d’un blanc éclatant et d’une épaisseur impressionnante masquait le bas de son visage, protégeant son cou du froid mordant. Plus le temps passait, et plus il faisait froid au domaine. Elle avait troqué sa culotte de cheval par un jean gris clair et avait enfilé une paire de Converse noires. Elle sauta par-dessus la flaque d’eau congelée, rattrapant son chien qui s’était arrêté en entendant sa maîtresse se stopper. Quand il lui fit signe de continuer son chemin, il partit dans une course effrénée dans la neige, glissant parfois sur une plaque de verglas. Il restait donc à savoir où elle allait passer le temps avant de rentrer chez elle.

    « Kiiiisssss, come on. »

    Le chien fit demi-tour puis se colla dans les jambes de la jeune britannique. Son regard venait tout juste de se poser sur l’imposante silhouette de la grange –endroit où l’on disposait les bottes de foin et paille. C’était une bonne idée… Le chien toujours à quelques centimètres de ses jambes, elle poussa l’immense porte du pailler. Le foin dégageait une chaleur impressionnante, comparé au froid givrant que la tempête de dehors. Marion, sa guitare et son chien se promenèrent entre les balles de foin, trouvèrent un endroit –le moins haut- et s’y installèrent. La jeune femme était adossée contre une botte de paille, les fesses dans le foin, assise en tailleur. Le chien s’enroula sur lui-même contre la cuisse de sa maîtresse. Ainsi, les deux compagnons se tenaient chaud. La jeune femme sortit de sa poche une lampe torche -qui ne la quittait jamais depuis que l’électricité de son domicile faisait des siennes. Elle cala l’objet dans la paille, attrapa l’étui de sa guitare et en sortit délicatement l’instrument puis elle le posa sur ses genoux. Avant de se mettre à jouer, il fallait qu’elle se réchauffe les doigts, sinon, elle saignerait. Elle enfouis ses mains dans la fourrure épaisse de Kiss Cool, s’imprégnant de la douce chaleur qu’il dégageait.

    Soudain, alors qu’elle calait sa guitare entre ses jambes et ses bras, la porte de la grange s’ouvrit. Heureusement, elle était assez isolée pour ne pas sentir la vague de froid qui entra dans le lieu sombre et isolé du reste du monde. Quelqu’un avait dû avoir la même idée qu’elle… Elle fit taire son chien d’un geste ferme car celui-ci, sur la défensive, émettait des grognements contre le nouveau venu –bien qu’il ne l’ait pas encore vu.

    Alors, sans avoir la curiosité de regarder qui était entré, Marion plaça ses doigts de la main gauche sur le manche de la guitare puis ceux de la main droite sur les cordes de la caisse de résonance. Après avoir réfléchit un instant sur le morceau qu’elle allait bien pouvoir jouer, elle commença par un fa et enchaîna sur une série de notes. L’air rapide et joyeux avait de quoi faire oublier l’ambiance triste de l’hiver. C’était un morceau étonnamment gai, surtout venant de la jeune Duval. En effet, elle avait promit à sa tante de jouer un morceau pour ses vingt ans. Déjà. Eh oui, le temps passait si vite… Cela faisait déjà un an qu’elle connaissait l’existence du Domaine. Cela faisait deux ans que l’Internat des Cœurs Dorés avait fermé. Marion continua à jouer. C’est fou ce que cela pouvait lui réchauffer les doigts… La chanson dura assez longtemps –peut-être cinq ou six minutes. Lorsqu’elle s’arrêta, Marion posa la guitare sur ses genoux, jetant un œil sur son chien qui avait les oreilles dressées vers elle. Il aimait quand elle jouait, elle le savait et le voyait. Mais un bruit suspect attira son attention. Cette personne qui était entrée devait être curieuse. Elle aurait parié des millions qu’elle avait été écoutée. Relevant doucement la tête, elle tomba nez à nez avec un jeune homme qui la dévisageait. La belle saisit sa lampe de poche, la pointant sur le visage de son interlocuteur. Se rendant compte qu’elle l’aveuglait, elle la baissa.

    « Désolée, dit-elle simplement, un sourire de politesse sur les lèvres. »

_________________

    « What will be the name of your children ? You can't hide forever. I can't see you. In the wheatfields. I have lost my sence of humour. Show me where you are. The grass is too tall. I can't even talk. The is no place. Down here. Small enough. For you to stay. I come back home and try to see. The hints you left for me. Never found the ring. Will you ever marry me ? »[/list]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-rose-noire.naturalforum.net
Jamie Fraser
Palefrenier
avatar

Féminin Nombre de messages : 12
Age : 26
Cheval Attribué : Jazz
Métier : Palefrenier
Galops :
4 / 74 / 7

Date d'inscription : 07/02/2009

Feuille de personnage
Âge / Année: 25 ans
Cheval: Jazz
Connaissances:

MessageSujet: Re: Repos cachette [Pv]   Lun 9 Fév - 1:54

    Me croyant seul, je n'avais pas penser qu'il y aurait pu avoir quelqu'un avant moi. Je restais stupéfié de surprise, qui l'aurait crut. Il était sur que le seul endroit où il trouverait de la solitude, c'était dans cette grange, mais non, il y avait quelqu'un ici aussi. Mais se qui l'intriguait encore plus, c'était de savoir qui s'était. J'avais crut entendre un grognement? Un chien peut être? Je n'étais pas du tout sur. Je restais sur mes gardes, craignant une attaque ou quelque chose de plus bizarre encore. On ne sait jamais, tout peut arriver, surtout dans une grange obscur! Je crois que j'écoute trop de film d'épouvante... Je décide donc d'aller voir qui est cet inconnu(e). Je ne vais quand même pas me défiler, je ne suis pas un gros peureux. Je me lève et quitte mon emplacement initial. Je plisse le nez et fronce les sourcils en m'arrêtant brusquement à mi chemin. De la guitare? Est-ce bien se que j'entends? Je reste sur place, ne bougeant pas d'un cran, écoutant la mélodie qui venait vers moi. Je ne connaissais pas cette chanson, mais se que je savais, c'était que cette personne jouait à merveille de cet instrument! Je n'entendis aucune fausse note, tout était si limpide. Je me laissais bercer par la musique. J'étais debout, attendant la fin de la chanson. Je ne pouvais quand même pas interrompre une si belle mélodie.

    J'avais entendu plusieurs fois des joueurs de guitare, mais la plupart du temps, ils étaient accompagnés et jouaient du country. Il faut dire que jouer du country à la guitare, sa ne fait pas partit de la catégorie 'difficile'. Quelque accords à gratter et un peu de rythme et sa fonctionne. Tout mes oncles en jouaient, même mon père, mais moi, j'étais indifférent à la musique. C'est surtout que ma passion est dans l'équitation et destiné au chevaux. Je n'avais jamais vraiment essayé, peut être que sa m'aurait plu qui sait. Il y a un tas d'autres choses qui aurait pu me plaire, mais je n'avais jamais quitter le monde des chevaux, j'avais toujours la tête à sa et rien d'autres. Et de plus, au ranch, on ne pouvait pas vraiment se permettre de faire autre chose, même le samedi et dimanche étaient destinés au travaux. Pas de temps pour le plaisir, sauf le vendredi soir.

    Une fois la chanson terminé, je me remis à marcher très lentement vers le joueur ou la joueuse de guitare, car je ne savais absolument pas qui était derrière sa. Il faut dire aussi que je n'étais pas celui qui connaissais le plus de gens au domaine. Je venais d'arriver, et ceux que je connaissais par la vue, je ne connaissais pas leur nom. J'avais entendu des noms, mais je ne savais pas qui ils étaient. J'avançais toujours en direction du bruit quand soudain, une lumière m'aveugla. Je me cachais à l'aide de mes mains et poussa un petit cri de frayeur. Oui bon.. Je n'étais pas vraiment calme en ce moment et l'apparition de cette lumière n'étais pas écrite sur un horaire, c'était vraiment inattendu. En voyant la lumière descendre et une voix s'excuser, il baissa les bras et, les sourcils froncés, vit enfin la personne qui avait jouer de la guitare. Une jeune femme, assis sur une botte de foin, accompagné de son chien noir et blanc. C'était bien elle qui jouait de la guitare, car elle avait l'instrument dans les mains. Surpris, je la regardais et me rendit compte que je la fixais, secouais la tête et essayais de reprendre un air à peu près normal.

    «Vous jouez très bien! Vous êtes une très bonne musicienne!» Dit-je

    Sa ne me dérangeait même pas de le dire. Elle jouait superbement bien. Je n'étais pas un grand amateur de musique, mais je pouvais affirmer qu'elle avait du talent. Un invité se mit à se promener à mes pieds, je baissais les yeux pour y voir la souris de tout à l'heure. Je lui lançais un regard noir avant de secouer mon pied droit dans les airs pour la faire fuir. Décidément, elle m'aimait bien celle la! Et moi qui avait toujours détesté trouver une souris dans le foin quand je nettoyais la grange, aujourd'hui, j'en avais une scotcher sur les pieds. C'était peut être mon odeur? Je ne resta pas bien longtemps à réfléchir sur cette suppositions et mes yeux revinrent sur la jeune femme qui me regardait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marion Duval
Admin & Ethologue
avatar

Féminin Nombre de messages : 1312
Age : 25
Cheval Attribué : Olympe & Just Another
Métier : Ethologue
Animal de compagnie : C'Kiss Cool
Galops :
7 / 77 / 7

Date d'inscription : 11/05/2008

Feuille de personnage
Âge / Année: 20 ans
Cheval: Olympe & Just Another
Connaissances:

MessageSujet: Re: Repos cachette [Pv]   Lun 9 Fév - 22:00

    La jeune britannique reposa la lampe de poche à sa place initiale, retenant son chien par le collier afin qu’il n’aille pas importuner le nouveau venu avec son pelage mouillé. Celui-ci finit par se rassoire contre sa maîtresse, regardant le jeune homme avec ses yeux malicieux. Un silence religieux s’installa dans la grange –sans compter la souris qu’il venait d’expulser de son pied, qui couina. Ce calme permit à Marion de dévisager son interlocuteur : Il n’était pas très imposant, sans pour autant être petit. Marion lui donnait maximum un mètre quatre-vingt –plutôt rare dans la nouvelle génération. Sa chevelure brune et ses yeux verts attirèrent immédiatement son regard. Elle parcourut ses traits, déposant ses deux incroyables prunelles dorées dans les siennes.

    « Vous jouez très bien ! Vous êtes une très bonne musicienne ! dit-il au bout d’un certain temps. »

    Marion Duval inclina doucement la tête, comme signe de remerciement. Elle ne parlait que rarement. En effet, elle n’était pas très bavarde, elle préférait s’exprimer par un geste, voire un simple regard. Tout en cessant de le dévisager –en se rendant compte qu’elle n’était pas très civilisée en se conduisant ainsi-, la belle repoussa la guitare qu’elle rangea soigneusement dans son étui, au sec et à l’abri de tout choc. Lorsqu’elle eut finit, Kiss Cool s’installa devant. Il fallait toujours qu’il protège ce qu’il considérait comme étant son « territoire ». Marion esquissa un sourire conquis en le caressant entre les oreilles. Se sentant dans une position un peu délicate –soit dans un état dominé-, la jeune femme se remit debout, lui faisant découvrir sa taille moyenne.

    Sa tête ne lui disait absolument rien. Il devait être nouveau au Domaine. En ce début d’année, beaucoup de nouvelles têtes avaient fait leur apparition dans la plus grande école équestre de France. Quoi que, tout bien réfléchit il devait être plus âgé qu’elle… Son visage lui donnait une impression de maturité. Ce n’était pas élève. Un frisson parcourut son corps, démarrant de la pointe de ses pieds pour aller jusqu’à la racine de sa longue chevelure noire. Et si c’était ?... Tu psychotes Marion, ce pauvre gars doit simplement être frigorifié, comme toi… Soudain, il y eu comme un éclair dans son esprit. Mais oui bien sûr ! Sa tante lui en avait parlé un peu plus tôt dans la journée mais tout lui était sortit de la tête –aussi vite que c’était rentré d’ailleurs.

    « Oh, vous ne seriez pas le nouveau palefrenier pas hasard ? Je suis Marion Duval, poursuivit-elle. »

    Généralement, il suffisait qu’elle prononce son nom pour qu’on fasse le rapprochement. Premièrement, elle portait le même nom de famille que les directeurs du prestigieux internat équestre –soit son oncle et sa tante. Secondement, la liste des membres du personnel était fournie à l’arrivée de tout individu, pour que personne ne se sente perdu. En l’occurrence, son nom était marqué en bas de liste devant la fonction d’éthologue. Dernièrement, avec les scandales dans les médias, il était impossible d’avoir loupé, je cite, « la jeune fille la plus partagée du monde ». Sa double nationalité lui attirait une image tellement médiatique que tous les fans d’équitation ayant ouvert un journal ou regardé la télévision étaient obligés d’avoir entendu parler de ce scandale. La belle passa sa main dans sa longue chevelure d’ébène, croisant le regard verdoyant de son nouveau collègue. Il était difficile de croire qu’elle allait sur ses vingt ans…

    La belle baissa les yeux sur ses pieds trempés, heureuse d’être bien au chaud dans la paille. Sa première question, celle qui lui vint immédiatement, c’est pourquoi il était là, alors que le foyer était ouvert à tous. Peut-être qu’en fait il était exactement dans le même cas qu’elle. Peut-être qu’il était coincé à cause de la neige, qui ne pouvait regagner le village à cause de la tempête… ?

    « Il neige encore dehors ?... s’enquit-elle, pressée de prendre une bonne douche. »


    [Désolée, les lieux fermés ça m’inspire vraiment pas ><]

_________________

    « What will be the name of your children ? You can't hide forever. I can't see you. In the wheatfields. I have lost my sence of humour. Show me where you are. The grass is too tall. I can't even talk. The is no place. Down here. Small enough. For you to stay. I come back home and try to see. The hints you left for me. Never found the ring. Will you ever marry me ? »[/list]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-rose-noire.naturalforum.net
Jamie Fraser
Palefrenier
avatar

Féminin Nombre de messages : 12
Age : 26
Cheval Attribué : Jazz
Métier : Palefrenier
Galops :
4 / 74 / 7

Date d'inscription : 07/02/2009

Feuille de personnage
Âge / Année: 25 ans
Cheval: Jazz
Connaissances:

MessageSujet: Re: Repos cachette [Pv]   Mar 10 Fév - 19:51

    Je posais mon regard sur le chien qui tentait de protéger sa maîtresse. Je ne pu me retenir de sourire. Des chiens j'en avais vue de toute sorte dans ma jeunesse, des Collie aussi, évidement. Mon père les adoraient. Quand il travaillait, il en avait toujours un dans les pattes. En regardant le chien, je m'étais mis à pensé à des souvenirs d'enfance, qui était plutôt loin, mais dont je me souvenais quand même. Quand j'étais petit et que l'heure du dîner arrivait pour les chiens, si je me trouvais au mauvais endroit au mauvais moment, je me retrouvais entouré d'une horde de chien qui me bousculaient de tout les côtés.

    En la voyant se lever, je me rendis compte que j'étais partit dans mes pensées. Et je ne savais toujours pas qui était cette jeune femme. Je la regardais, la dévisageant presque. Je ne connaissais pas les gens ici, et même si je ne la connaissais pas, sa ne changeait pas grand chose. Ici, j'étais un inconnu, personne ne me regarderais, l'air de me reconnaître. Chez moi, on se connaissait tous, et c'était plutôt ennuyant pour dire.. Pas moyen d'aller dans la ville voisine et se promener sans rencontrer quelqu'un de la famille ou tout simplement un voisin. Dans ces cas la, il se sauvait en disant qu'il allait être en retard à un rendez-vous. Seulement pour ne pas à devoir parler de sujet très peu intéressant avec des amis de ses parents (la plupart du temps). Ici je pouvais me promener peut importe la place, et passer incognito. Les visages m'étaient tous inconnus.

    « Oh, vous ne seriez pas le nouveau palefrenier pas hasard ? Je suis Marion Duval »

    Je la regardais alors en haussant les sourcils. Tiens donc, j'avais déjà entendu se nom, plusieurs fois d'ailleurs. Était-ce vraiment elle? Je la dévisageais, étant sur d'avoir vue son visage quelque part. Malgré la noirceur des lieux, j'essayais de décrypter son visage. Pas facile, mais en fouillant mes méninges, je me souvins avoir vue cette jeune femme dans un journal. Ouvrant grand les yeux je me rendis compte que je n'avais même pas répondu à sa question. Quel idiot je devais faire!

    «Oui c'est bien moi! Jamie Fraser, nouvellement palefrenier.» Dit-je

    Ayant finalement reconnu la jeune femme devant moi, je croisais les bras et me mis à rire. La situation était plutôt cocasse en son genre. Je me tassais un peu sur le côté et dis.

    «Jamais je n'aurais crut vous rencontrez dans une grange en pleine tempête de neige!»

    Je haussais un sourcil, souriant toujours. Ici, elle était comme une star. Je l'avais finalement retracé. Je savais qu'un jour je la rencontrerais, mais pas dans ces conditions. Ici, c'était le domaine de membre de sa famille, si je me souvenais bien.. Je ne put me permettre de décrypter plus longtemps l'histoire de la jeune femme, car en entendant le toit craqué, je levais immédiatement les yeux pour voir d'où provenais le bruit. Était-ce mauvais signe?

    « Il neige encore dehors ?...»


    Je la regardais à nouveau vers elle. Ne répondant pas tout de suite, je marchais vers la porte de la grange, la poussais d'une seule main et risquait un œil à l'extérieur. Je n'y vit pas grand chose. La neige tombait encore, sa se n'était pas bien dure à voir. De plus, le vent soufflait dans ma direction, se qui ne me fit pas regarder longtemps dehors. En refermant la porte, je du m'y prendre à deux mains. Je m'adossais contre celle ci et répondit alors à la question.

    «Je pense que... oui!» Dis-je en hochant la tête.

    Puis, je levais encore la tête. Le toit venait une fois encore, de craquer, plus fort cette fois. Je pris un air agacé, fixant le toit, agacé par ses bruits bizarre.

    [Alors mettons de l'action Razz ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marion Duval
Admin & Ethologue
avatar

Féminin Nombre de messages : 1312
Age : 25
Cheval Attribué : Olympe & Just Another
Métier : Ethologue
Animal de compagnie : C'Kiss Cool
Galops :
7 / 77 / 7

Date d'inscription : 11/05/2008

Feuille de personnage
Âge / Année: 20 ans
Cheval: Olympe & Just Another
Connaissances:

MessageSujet: Re: Repos cachette [Pv]   Mer 11 Fév - 21:13

    « Oui c'est bien moi ! Jamie Fraser, nouvellement palefrenier. »

    En effet, elle avait encore visé juste. La jeune femme acquiesça d’un signe de la tête, lui adressant un sourire amical. C’était donc son nouveau collègue. En effet, on pouvait parler de camarade de travail car Marion était souvent avec les palefreniers, pour diverses raisons. Premièrement parce qu’elle passait sa vie entre les carrières, le manège, les prés et les écuries. Secondement, elle aidait à distribuer le grain matin et le soir de temps en temps, lorsqu’on avait besoin d’aide. Dernièrement, elle était celle qui emmenait les chevaux au Domaine et qui faisait son compte rendu à ses soigneurs sur leur caractère et problèmes. La belle lui tendit la main –geste symbolique qui marquerait sans doute le début d’une amitié. Sa peau lui brûla les doigts. D’habitude, ils étaient glacés, mais là, c’était pire que tout : on aurait pu croire qu’elle avait des glaçons à la place des mains. Dans un frisson incontrôlable, la jeune franco-britannique écarta sa main dans la sienne pour la fourrer dans la poche de sa veste en cuir.

    « Jamais je n'aurais crut vous rencontrer dans une grange en pleine tempête de neige !
    - Je suis quelqu’un de tellement peu prévisible qu’il est rare de me voir dans des endroits communs. Même lors d’une première rencontre, avoua-t-elle tranquillement. »

    Sur ces quelques mots, elle baissa les yeux, intimidée. Marion avait toujours été gênée par la présence d’inconnus, et cela ne risquait pas de changer. Contrairement aux autres personnes dans son cas, la célébrité –malgré elle, certes- ne lui avait pas donné la grosse tête. Elle avait toujours gardé la tête sur les épaules, sans jamais se vanter. Voilà ce qui était une grande qualité : Marion était humble. Même dans son travail : elle connaissait le juste équilibre. D’un côté elle valorisait son travail pour continuer à développer sa discipline, de l’autre, elle restait effacée. Cela faisait d’elle une très bonne éthologue qui savait faire partager sa passion –même si cela, elle n’aimait pas le dire de peur qu’on la prenne pour une femme vantarde.

    Sa réflexion fut toutefois coupée par un craquement étrange qui venait du plafond. Pas certaine d’avoir bien entendu, elle décida d’abandonner. Elle était un peu paranoïaque sur les bords, on lui disait souvent… Jamie, sans doutes mal informé par le temps, lui tourna le dos, sauta de la botte de paille et se dirigea vers la grande porte, qu’il poussa, au passage. Le sifflement du vent ne mit pas beaucoup de temps à arriver jusqu’aux oreilles de la belle. Sans bouger d’un centimètre, elle le suivit du regard.

    « Je pense que... oui ! »

    La jeune femme poussa un soupir. Si d’ici une heure la tempête n’arrêtait pas, elle tenterait de rentrer à pied par la forêt. Et si vraiment c’était impossible, elle prendrait une chambre de l’internat pour la nuit. Attrapant doucement la lampe de poche entre ses doigts gelés, la belle fit signe à son chien de venir avec elle et elle s’empara ensuite de sa guitare. Soudain, un second craquement se fit entendre. La belle fut si surprise qu’elle sursauta. Le chien, lui aussi stupéfait, poussa un grognement protecteur. Suivant le regard de Jamie, Marion leva les yeux vers la toiture. Tiens, tiens… Manquait plus que ça.

    « Je crois qu’on devrait dégager d’ici tout de suite, proposa Marion en gardant un calme olympien presque agaçant. »

    La belle n‘attendit pas la réponse de son nouveau collègue. Elle sauta de la botte de paille, à son tour, et slaloma entre quelques balles de foin afin de regagner la porte de la grange. Cette dernière ne mit pas longtemps à s’ouvrir. Remettant correctement son écharpe sur son visage, Marion Duval sortit d’endroit sombre mais chaleureux pour entrer dans l’univers déprimant de l’hivernale tempête de neige.

    « C’était étonnant qu’il n’ait pas encore cédé, ce toit, affirma-t-elle en refermant la porte en bois. Allons au foyer, se mettre au chaud… »

_________________

    « What will be the name of your children ? You can't hide forever. I can't see you. In the wheatfields. I have lost my sence of humour. Show me where you are. The grass is too tall. I can't even talk. The is no place. Down here. Small enough. For you to stay. I come back home and try to see. The hints you left for me. Never found the ring. Will you ever marry me ? »[/list]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-rose-noire.naturalforum.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Repos cachette [Pv]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Repos cachette [Pv]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MON REPOS 50 CARREFOUR!!! SOS!
» Repos après un long voyage
» Un repos bien mérité [NEUTRE]
» Repos bien mérité dans une taverne.
» L'Auberge du Repos Eternel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
. Domaine de la Rose Noire . :: EXTERIEUR :: GRANGE-
Sauter vers: