AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rêve...ou presque [Nusicaa] -TERMINE-

Aller en bas 
AuteurMessage
Liam Samuels
Surveillant
avatar

Féminin Nombre de messages : 219
Age : 25
Cheval Attribué : Picasso
Métier : Surveillant
Animal de compagnie : Kheops
Galops :
4 / 74 / 7

Date d'inscription : 12/05/2008

Feuille de personnage
Âge / Année: 22 ans / Surveillant
Cheval: Picasso
Connaissances:

MessageSujet: Rêve...ou presque [Nusicaa] -TERMINE-   Jeu 28 Aoû - 20:32

Faiblissante, la nuit enveloppait toujours le domaine dans un étaux glacial. Glacial et désespérément trempé. Depuis l'avant-veille, une pluie torentielle s'abattait sur le domaine avec acharnement, ne laissant aucun répis à quelconque endroit ou personne. Le bruit et l'odeur caractéristique de la pluie tromperaient n'importe qui : c'était bel et bien l'été au domaine. C'était bien connu, les saisons avaient de moins en moins de limites définies, la planète se déréglait. Un vent particulièrement froid agitait les feuilles des arbres, l'herbe, faisant tordre des plantes sous sa pression. Passer plus de cinq minutes dehors relevait du défi. Celui de terminer gelé, trempé jusqu'aux os et malade.

Cela faisait donc deux jours que les chevaux étaient condamnés à rester aux boxs, avec pour seule sortie une petite heure dans le manège. Du moins, pour ceux dont les cavaliers avaient tenté l'expérience. En effet, ces derniers étaient arrivés dégoulinants au manège, et leurs chevaux n'avaient cessé d'inover de nouvelles bêtises. Peur du bruit du vent, écarts en passant près de la porte - qui laissait la pluie s'engouffrer, arrêts nets devant une flaque d'eau,....En clair, le Domaine était figé depuis plus de 48heures, et en ce petit matin de la 3eme journée, le temps ne semblait guère plus clément. Il allait falloir patienter encore avant de retrouver un calme saint. Alors tout le monde espérait intérieurement pour reprendre le court normal des choses. Balades à pieds dans le domaine, cours d'équit' en extérieur, nourrir les chevaux. Même le balayage des écuries ou le currage des boxs semblaient de bonnes excuses pour retrouver un temps convenable.

Le torrent de pluie terminait sa course dans le lac à l'eau aussi embrumée que la nuit qui se termine. Seuls les reflets de la lune, bien que légers, permettaient de distinguer les gouttes faire trembler la surface. En vérité, s'il n'y avait pas eu un froid glacial et que l'ont pouvait rester sous la pluie sans terminer trempé, il y aurait eu beaucoup de personnes sur la rive à contempler le lac. Le spectacle était grandiose. Il n'y avait pas les sublimes couleurs du coucher ou lever du soleil, mais un simple paysage dans les dégradés de gris. Cependant, ce n'ayant pour bruit que le vent et la pluie, il semblait presque irréel. Une triste et parfaite image de carte postale. Du fait du brouillard, seuls les arbres d'un côté de la rive apparaissaient, l'autre étant cachée derrière un épaix voile blanc, une ambiance de paix s'était installée. On oubliait les conditions météorologiques pour se laisser submerger par la poésie du lieu.

Cette image aurait pu rester secrète, une rareté de la nature : il fallait une volonté de fer pour se décider à aller au lac par temps pareil, et peut-être un sixième sens, aussi. Et ça, Liam avait eu la chance de l'avoir.
En effet, à quatre heures précises du matin, le jeune homme avait été tiré de son sommeil par...son chat. Ce dernier avait bondit sur le lit après un gros coup de vent, plantant ses griffes dans le bras de Liam, qui dépassait de sous sa grosse couette. Le propriétaire du bras avait d'abord poussé un grognement de douleur, avant d'ouvrir péniblement les yeux, lentement, tandis qu'il sentait quelques chaudes gouttes dégouliner jusqu'à sa main. C'est à ce moment qu'il prit conscience de ce qui lui arrivait. Certes, ce n'était pas grand chose, néanmoins laver son drap par la suite relèverait déjà de l'exploit. Il s'était alors levé en sursaut, avait courru jusqu'à la salle de bain où il avait plongé son bras sous le robinet.

_ Saleté de chat va ! murmura-t-il alors qu'il jetait un coup d'oeil à l'horloge, qu'il pouvait distinguer au travers de la porte grande ouverte.

Deux petites minutes plus tard, alors qu'il s'apprêtait à retourner se coucher, un détail attira son attention au travers de la fenêtre. A cette heure-ci, il aurait du distinguer un noir d'encre, mais il n'y avait que brouillard, pluie et reflets de lune. Ces quelques détails furent décisifs. Rapidement, il se retrouvait habillé de grandes bottes d'équitation, de deux culottes de cheval épaisse, un T-shirt par-dessous un gros pull, ainsi qu'un très grand coupe-vent à forme de cape. Pour couronner le tout, une grosse écharpe nouée autour de son coup remontait jusqu'au milieu de son nez. Ses cheveux en bataille dépassant de la capuche, on ne voyait que ses yeux.
Satisfait de son accoutrement anti-pluie anti-froid, Liam attrapa les clefs de l'appartement qui lui avait été prété au sein du domaine - habituellement il logeait à Lunel, mais les circonstances ne lui permettaient pas de s'y rendre chaque soir et de revenir chaque matin ! - et sortit.

Il s'aperçut très vite qu'il venait de commettre une erreur en regardant par la fenêtre, le terrain était assez dur à pratiquer, bien que le vent le poussât dans la direction qu'il souhaitait. Alors, après avoir marché, légèrement plié en deux, les mains plaquées sur son visage afin de tenir son écharpe, il parvint au lac. Pourtant, malgré l'envie qui le tenaillait, il ne jeta pas un regard autour de lui, décidé à atteindre son objectif : aller s'abriter sous les arbres sur la berge opposée. Ce qu'il parvint facilement à faire, commençant à prendre le rythme pour marcher sous ce vent et cette pluie.

Bientôt, il se trouvait adossé au tronc trempé d'un saule pleureur, dont les longues branches se baladaient devant ses yeux. Néanmoins, lui, était abrité du vent. Et de la pluie si l'on comptait son manteau. Et, tel un enfant émerveillé, Liam se perdait dans la contemplation du lac. Les bâtiments qui auraient dû se distinguer de l'autre côté n'étaient que pluie et brouillard, il se serait presque cru perdu au milieu d'un endroit perdu.

( J'avais oublié que Nusicaa était blessée, mais je m'en suis rappelée trop tard.. >< Donc je le laisse tel quel et si ça te convient pas, j'en referais un et laisserais celui-ci libre =] )


Dernière édition par Liam Samuels le Dim 31 Aoû - 19:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nusicaa Wiltman (abs)
Admin & Apprentie
avatar

Féminin Nombre de messages : 791
Age : 24
Cheval Attribué : Flash
Métier : Apprentie Ethologue
Galops :
4 / 74 / 7

Date d'inscription : 11/05/2008

Feuille de personnage
Âge / Année: 19 ans / Apprentie éthologue
Cheval: Flash
Connaissances:

MessageSujet: Re: Rêve...ou presque [Nusicaa] -TERMINE-   Sam 30 Aoû - 1:20

    « Raah putain !! »

    Failli hurler Nusicaa pour la quatrième fois au moins de la nuit. La mâchoire crispée, la belle se redressa dans son lit, et se concentra pour faire passer l’élan de douleur qui irradiait de sa jambe droite. Elle poussa un soupir audible, franchement agacée par la tournure que prenait la nuit. Ou enfin, ce début de matinée. En effet, il était à peine quatre heures du matin, ce qui signifiait que Nusicaa n’était couchée que depuis trois heures après avoir veillé jusqu'à une heure devant son ordinateur portable qui avait décidé, ce soir là, de se planter. N’ayant pas réussi après deux heures de tentatives variées et un certain nombre d’insultes déversées sur le traître, la jeune femme avait renoncé, vaincu par la fatigue d’une longue semaine. En s’endormant, elle s’était imaginé entrain de se réveiller le plus tard possible, après une excellente nuit. Dommage ! Ça ne serait pas pour cette fois. Il faut dire qu’elle avait laissé de côté dans ses calculs la chaleur absurde de sa chambre et sa jambe handicapée et particulièrement gênante. Or, en l’espace de trois heures, elle avait réussi à se bouger assez pour réveiller quatre fois la douleur de son membre assez fortement pour se sortir de son sommeil. D’un geste rageur, la belle métisse envoya valser son oreiller à l’autre bout de la chambre, ce qui eut pour seul effet celui de réveiller Lou, sa petite dalmatienne. Cette dernière leva la tête vers sa maîtresse, étonnée de ce bouquant matinal, mais plutôt contente. Avec un peu de chance, ça voulait dire sortie.

    Vaincue, Nusicaa jeta un dernier regard au réveil. Inutile de chercher à se rendormir, du moins maintenant. Son regard brun se posa sur sa fenêtre, dont, comme toujours, les stores n’étaient pas fermés. Il pleuvait. Comme la veille et l’avant-veille. Les gouttes s’écrasaient avec fracas sur la vitre, poussées par les brusques bourrasques de vent qui sifflaient. La tout formait un vacarme assez impressionnant et particulièrement peu propice aux bonnes nuits. Et dire qu’il y a une semaine, il f’sait super beau… Voilà deux jours que le domaine était presque complètement figé. Les chevaux étaient cantonnés aux box et les élèves à la grande bâtisse, certes intéressante, mais vite connue dans ses moindres recoins. Nusicaa avait l’impression d’étouffer. Elle qui avait toujours aimé la liberté et le grand air… De toute façon, t’es pas censée pouvoir gambader se consola-t-elle, non sans jeter un regard noir à la paire de béquille appuyée à côté de son lit. C’était vrai, elle aurait eu du mal à vagabonder, soleil présent ou pas, comme elle avait l’habitude de le faire. Ces derniers temps, c’était devenu un peu plus compliqué. Son regard se perdit de nouveau dans la contemplation de la fenêtre.

    Malgré le brouillard et la pluie, on pouvait vaguement deviner le contour des arbres, se dessinant en ombre chinoise sur le gris du ciel. Oui, même la nuit, la voute céleste était couverte de grisaille. Et justement, ce gris pour certain déprimant donnait au paysage une teinte étrange, chargée de mystère. Nusicaa suivit la continuité des arbres jusqu'à l’horizon. Derrière la forêt, elle ne pouvait voir mais devinait les grandes plaines camarguaises qui s’étendaient, vertes et désertes, à perte de vue. Elle fut prise d’un frisson. Vertes, désertes, et hostiles en ce qui la concernait. Elle détacha vivement son regard du paysage, voulant éviter de trop dérangeant souvenirs. Raah… Mais t’es conne ou quoi ?! Trop tard. Avec un profond soupir, elle secoua la tête. Inutile de recommencer à ressasser. Elle jeta un regard sur sa jambe droite, qui formait une bosse conséquente, pis sur Lou qui, perplexe, regardait sa maîtresse dans l’attente d’une action. Ça valait bien la peine d’être si c’était juste pour regarder la nuit ! Nusicaa ébaucha un sourire. Il lui fallait de l’air. Elle en avait assez de cette chambre qu’elle n’avait que trop vu cette dernière semaine. Résolue, elle attrapa ses béquilles et s’extirpa de son lit avec une grimace. Dans son miroir, elle aperçu son reflet. Une chevelure, ondulée et passablement ébouriffée. Un visage habituellement mat assez pâle et fatigué. Un regard souligné de cernes. Sortir lui ferait du bien. Une bourrasque de vent plus violente qui fit s’écraser double dose de goutte contre sa vitre lui fit comprendre qu’elle avait intérêt à se couvrir. Difficilement, elle enfila un jean particulièrement chaud, non sans avoir laissé échappé quatre ou cinq jurons. Ensuite, elle attrapa au hasard un tee-shirt rouge, un sous pull et une polaire. Il était tellement indécent de s’habiller comme ça… en plein été. Une couverte, elle attrapa un vieux manteau qu’elle enfila puis la laisse de Lou. Cette dernière, à la vue de ce manège, s’était agitée malgré les injonctions au silence de sa maîtresse. Postée devant la porte, elle attendait le signal du départ.

    Quelques minutes plus tard, Lou, Nusicaa et ses béquilles étaient dans la cour du Domaine. La vent était puissant et ralentissait considérablement la progression de la jeune femme. Ses cheveux laissé longs commençaient déjà à se tremper – elle avait toujours haï les capuches. La dalmatienne, quand à elle, gambadait joyeusement, nullement gênée par les inconvénients météorologiques. Le couple femme-chienne se déplaçait doucement mais sûrement. Nusicaa savait où elle voulait aller. En passant, elle jeta un regard aux écuries avec une petit pensée pour Flash qui n’avait pas dut être sortie beaucoup étant donné qu’elle ne pouvait pas la monter. Elle poussa un soupir, maudissant sa jambe, puis continua. Il lui fallu une bonne dizaine de minute pour atteindre le lac. Dans le noir grisâtre de la nuit, elle parvint à repérer le ponton, dont l’ombre se détachait faiblement de l’eau grâce aux faibles rayons de lune. Lou était aux anges et vagabondait ici et là, sans vraiment se préoccuper de sa maîtresse. Celle-ci atteignit enfin la jetée de bois et s’y assit prudemment. Son regard chocolaté se perdit dans le paysage. Le ciel était couvert de différents tons grisâtres, qui faisaient ressortir l’ombre incertaine des arbres. Sur l’eau du lac, les gouttes de pluie n’étaient visibles que grâce au peu d’éclat de lune qui daignait balayer la surface. La belle imagina un instant les profondeurs abyssales de l’eau, privées de la lumière de jour. Elle tu un sourire. Le mot « abysse » n’était pas particulièrement adapté au lac. L’endroit le plus profond devait à peine descendre à trois mètres, et encore… Un soudain aboiement acheva de la sortir de son rêve. Vivement, elle tourna la tête, intimant à sa chienne de se taire. Elle chercha des yeux la dalmatienne et finit par deviner son ombre.

    « Lou, ici ! »

    La chienne hésita, le regard posé sur ce qui n’était aux yeux de sa maîtresse qu’une infinité obscure. Après un jappement à l’intention de quelque chose d’invisible, elle retourna vers la jeune métisse, la queue agitée et l’air contente. Nusicaa crut entrapercevoir un mouvement dans la tâche sombre d’où sortait sa chienne mais ne s’en préoccupa pas plus. La nuit est trompeuse…


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-rose-noire.naturalforum.net/dossiers-valides-f45/nusic
Liam Samuels
Surveillant
avatar

Féminin Nombre de messages : 219
Age : 25
Cheval Attribué : Picasso
Métier : Surveillant
Animal de compagnie : Kheops
Galops :
4 / 74 / 7

Date d'inscription : 12/05/2008

Feuille de personnage
Âge / Année: 22 ans / Surveillant
Cheval: Picasso
Connaissances:

MessageSujet: Re: Rêve...ou presque [Nusicaa] -TERMINE-   Sam 30 Aoû - 13:44

    « Non ... »


    Liam s'était exclamé à haute et intelligible voix, comme pour donner plus de puissance à l'ordre qu'il venait se se donner. Non pas qu'il eut l'habitude de parler tout seul - quoi que des fois on pouvait se poser la question, mais plutôt que la pensée qu'il venait d'avoir était particulièrement malvenue. Le jeune homme avait toujours eu des idées bizarres, mais celle-ci était particulièrement stupide.
    Il avait froid, très froid. On ne pouvait pas dire qu'il ne fut pas bien couvert, loin de là, mais la pluie qui filtrait au travers des branchages lui glaçait le sang, si bien qu'il se sentait à présent totalement engourdi. Ses mains avaient quitté son écharpe pour le fond de ses poches, sa tête était légèrement penchée vers l'avant afin de laisser les gouttes dégouliner plus facilemnt de la capuche. Se mettre sous un arbre coupait du vent, certes, mais il avait la pluie actuelle ajoutée à celle retenue par les feuilles. C'est à ce moment précis qu'il avait eu la (très judicieuse u_u) idée qu'en se baignant, il pourrait avoir plus chaud. Après tout, lorsqu'il faisait gris dehors, l'eau semblait toujours meilleure. Mais il avait vite repris ses esprits : il ne faisait pas seulement froid, et le lac devait être totalement gelé.

    * ...mon vieux tu risque terminer en glaçon si tu fais ça ! *


    Il avait alors rejeté cette idée et replongé dans la contemplation du paysage. Rien n'avait changé depuis les longues minutes (oui, durant un temps pareil une minute était une éternité) qu'il était là. Et bien qu'il connaissât par coeur ce qu'il voyait, le spectacle restait grandiose. Les images du lac l'été lui revinrent à l'esprit et il n'y vit que deux endroits totalement opposés. Celui froid, désert et magique ; et l'autre chaud, peuplé et banal. Le jeune homme eut un sourire en pensant qu'il était le seul à voir cela. Le seul qui profitait de cette merveille de la nature qui lui avait été accordée. Le seul...ou presque.

    Soudain, un dalmatien aux pattes marron boueux apparut sous les branches du saule. Liam eut un hoquet de surprise avant de se coller un peu plus contre l'arbre. Il releva la tête mais ne distingua personne au travers du feuillage. Pourtant, ce chien devait bien être à quelqu'un et...Mais ce n'était pas possible, pourtant ! La seule personne qu'il avait déjà aperçue avec un dalmatien était Nusicaa Wiltman. L'élève dans le plâtre actuellement. or, si elle était blessée à la jambe, l'accès au lac par temps pareil lui était quasi-impossible !

    * Bon et à qui il peut être ce ... *

    « ... Hey ! »

    Le chien, ou la chienne si c'était celle à qui il pensait, venait de faire demi-tour et s'enfonçait à nouveau dans le brouillard. Pas pratique pour la détailler ! Il lui semblait avoir entendu un appel, mais il n'en était pas sûr. Alors, Liam se décolla du tronc et s'avança jusque derrière les premières branches qui, avec le vent, faisaient un délicat balancier. Plissant les yeux, il chercha à suivre la chienne jusqu'à voir sa maîtresse. Là ! L'élève de 4eme année qui aurait du se trouver dans son lit, bien au chaud, était eassise sur le ponton, béquilles tenues en mains. Ne jugeant pas utile de se montrer immédiatement, Liam se contenta d'observer le couple - la chienne s'était jointe à sa maîtresse.

    * Bon, si j'arrive par derrière elle va flipper, si je parle elle ne m'entendra pas, si je..*


    Liam n'avait pas la moindre idée de comment aborder cette élève sans l'effrayer, du moins potentiellement. Sans vraiment savoir pourquoi, il dépassa la barrière du saule et se retrouva plein vent. La pluie était plus forte, plus puissante, il dut se courber légèrement pour avancer. Avancer...Le jeune homme effectuait un détour, de façon à ce que la demoiselle puisse le voir arriver sur les côtés, ne serait-ce qu'avec un peu d'observation.

    * Eh bien mon gars, que de gentilles attentions envers les élèves..* constata Liam intérieurement, avec une once de reproches.


    Quelques minutes plus tard, ses pas le guidaient le long de la berge et le ponton se dressait de profil face à lui. Il eut un mouvement d'hésitation puis, prit d'une certaine envie de s'occuper - sachant qu'il n'était plus seul à profiter de ce merveilleux spectacle, continua sur sa lancée. Ce n'était pas dans ses habitudes d'aller vers les gens, loin de là ! Mettons ça sur le compte de l'étrangeté de la situation.

    Bref, le jeune homme étant persuadé que l'élève l'avait au moins aperçu, il s'avança sur le ponton sans aucune précaution. Ses pas étaient fluide malgré le bois glissant : au pire il tomberait à l'eau, de toute façon il était déjà trempé. Il s'arrêta environ un mètre derrière la jeune femme, croisa les bras et regarda l'horizon. Puis il reporta son attention sur la chienne un court instant avec de s'exclamer sur un ton totalement indifférent.

    « Eh bien visiblement je ne suis plus seul à contempler la nature au beau milieu de la nuit. Moi qui, égoistement, pensait avoir ça pour moi tout seul...»


    Il aurait pu s'arrêter là mais une seconde phrase jailli de sa bouche sans qu'il ne le décide vraiment.

    « S'il y a bien une personne que je ne m'attendais pas à avoir ici, c'était bien vous..! »


    C'était vrai, et pourtant plutôt mal venu. Mais bon, c'était dit, alors il ferait avec. Pour la première fois depuis qu'il était surveillant à la Rose Noire, il s'adressait à cette élève. Elève qui, il faut bien le dire, faiser " couler de l'endre " au sein du staff, un blessé n'est jamais très bon pour la réputation. Enfin ceci dit, les personnes le pensant étaient en minorité. Liam n'en faisait pas parti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nusicaa Wiltman (abs)
Admin & Apprentie
avatar

Féminin Nombre de messages : 791
Age : 24
Cheval Attribué : Flash
Métier : Apprentie Ethologue
Galops :
4 / 74 / 7

Date d'inscription : 11/05/2008

Feuille de personnage
Âge / Année: 19 ans / Apprentie éthologue
Cheval: Flash
Connaissances:

MessageSujet: Re: Rêve...ou presque [Nusicaa] -TERMINE-   Sam 30 Aoû - 18:23

    Nusicaa donna l’ordre à sa chienne de rester tranquille, à côté d’elle avant de jeter un dernier regard vers l’endroit que Lou était allé fouiller. La petite chienne était curieuse de nature. Et bien des fois, ses envies d’aventures et de fouiner un peu partout lui avaient valu quelques surprise. Nusicaa n’avait donc pas trop d’inquiétude sur ce qui avait pu intéressé autant sa chienne. Celle-ci se laissait facilement distraire par le moindre petit animal. Et puis, de toute façon, qui donc pouvait bien avoir eu l’idée complètement aberrante de sortir se balader en pleine nuit, par un temps pareil ? Comme pour appuyer ces pensées, une bourrasque de vent renforça un instant l’intensité de la pluie. Nusicaa repoussa de devant ses yeux une mèche de ses longs cheveux trempés qui s’était collé à son visage. Elle passa une main dans sa tignasse, dégoulinante. Peut-être que son ancienne haine envers les capuches la quitterai un jour, à force de ce genre d’expérience… Elle n’avait même pas de réelle raison pour ne pas les aimer. Plus petite, elle avait décidé que ça ne lui plaisait pas, point. Et la discussion était passé à autre chose après que sa mère ait soupiré qu’une enfant déjà aussi têtue ne devrait pas pouvoir exister et que la concerné lui ait tiré la langue avec un mimique malicieuse.

    La jeune femme interrompit sa rêverie pour jeter un regard à Lu. Celle-ci s’était d’abords assise à côté d’elle puis avait finit par poser sa tête sur ses genoux en poussant un soupir. Nusicaa lui tapota le crâne en reposant son regard brun sur le paysage qui s’offrait à elle. Peu à peu, elle sentait la mauvaise humeur due à la nuit la quitter. Finalement, elle avait bien fait de se lever. Cette sortie nocturne était tout ce dont elle avait besoin. Du grand air pour s’oxygéner, un paysage magiquement irréel pour évacuer les sombres pensées qui ne la quittaient plus et de la solitude, pour enfin avoir la paix. Elle n(avait jamais été particulièrement renfermée sur elle-même, mais appréciait de pouvoir se retrouver seule de temps en temps, sans avoir de compte à rendre à personne. Elle se doutait bien que ce genre de sortie n’était pas particulièrement autorisé pour les élèves du Domaine, mais elle s’en moquait complètement. Personne ne viendrait vérifier dans sa chambre – fermée à clef – si elle y était et il y avait assez peu de chance pour que quelqu’un puisse la surprendre ici. Le temps en aurait, manque d’élève ou non, de toute façon dissuadé plus d’un.

    Ce que Nusicaa ignorait, quand elle pensait cela, c’est que ses certitudes s’effondreraient l’instant d’après En effet, elle ne tarda pas à percevoir du mouvement, non loin d’elle. Vivement, elle tour na la tête sur le côté. Les yeux plissés à cause du vent que, dans cette position, elle prenait de face, elle fut à peu près certaine de voir se dessiner une ombre. Impression qui fut confirmé par Lou, qui, curieusement, se mit à aboyer. Un « chut ! » plus ou moins sec de sa maîtresse la rappela à l’ordre mais ne l’empêcha pas de se lever pour aller voir. Lasse, Nusicaa la laissa faire et se replongea dans la contemplation du lac à peine éclairé de lune. Elle s’était trompée. Au moins une autre personne qu’elle avait eu le courage – ou le besoin – de se glisser dehors malgré les intempéries. Elle lâcha un soupir, déçue dans ses envies de solitude et pressentit une détérioration dans son humeur. Il y avait des jours – ou des nuits – comme ça… Lou se fit de plus en plus pressante face à l’inconnu qui s’approchait. Si la belle métisse avait eu l’espoir qu’il passerait sans la voir, elle fut une nouvelle fois trompée. Elle pouvait maintenant entendre les pas de ce qui semblait être un homme sur le ponton. Sans lui jeter un seul regard, elle ramena plus près d’elle sa paire de béquille, histoire de ne pas lui bloquer le passage. Avec un peu de chance, il n’avait aucune intention de lui parler et désirait juste profiter du paysage qui, décidément, semblait attirer du monde. L’opportun s’arrêta et laissa passer un silence que Nusicaa ne rompit pas. Quelques secondes plus tard, pourtant, il prit la parole.

    « Eh bien visiblement je ne suis plus seul à contempler la nature au beau milieu de la nuit. Moi qui, égoïstement, pensait avoir ça pour moi tout seul...»


    Et moi donc pensa immédiatement la jeune femme. Elle lâcha un soupir. Avant que le jeune homme n’enchaîne sur une seconde phrase. Phrase qui arracha une moue à la belle métisse ainsi qu’un mouvement d’humeur. Vivement, elle se retourna, le regard furibond. Décidément, elle ne passerai jamais inaperçu dans ce Domaine. Qu’on la reconnaisse pour ses prouesses en gym passait encore, mais alors quand c’était à cause de sa jambe plâtrée… Sans qu’elle ne cherche à l’adoucir, son regard se fit noir et dur. Ce qui s’était passé la semaine précédente n’était connu que de trois personnes à l’internat. Et pourtant, certains lambeaux de l’histoire n’étaient pas passés inaperçu. Si tout le monde ignorait ce qui était vraiment arrivé, la jument blessée en avait mis quelque uns sur la voie, ainsi que le départ précipité du 4x4 dans la cour et les blessures d’une élève et d’un membre du personnel. Pour certains, il s’agissait juste de la réputation du Domaine, qui aurait pu se retrouvée entachée par l’histoire, mais pour d’autre il n’y avait que pure curiosité et désir de connaître le dernier scoop. Heureusement, il y avait également ceux qui, parce qu’ils ignoraient le fin mot de l’histoire, s’en foutaient totalement. Nusicaa détailla la personne qu’elle avait face à elle. Le peu de lumière et la fatigue n’étaient pas particulièrement propice à cet exercice mais elle put quand même le reconnaître. Elle l’avait déjà vu, sans jamais lui avoir parlé, au Domaine. Il s’agissait d’un surveillant. Liam quelque chose, il lui semblait. De nouveau, elle dégagea une mèche de son visage avant de répondre sèchement :

    « Désolée de t’avoir déçu, mais une paire de béquilles ne m’a jamais empêché de me balader. Mais la prochaine fois, histoire de ne pas te détromper et d’éviter ce genre de sous entendus, j’irais du côté de la grange. »

    Elle ne prit pas la peine de le vouvoyer. Le respect qu’elle portait à la fonction de surveillant dépendait de son humeur. Or là, elle était loin d’être dans un état d’esprit sympathique. Lou, quant à elle, ne nourrissait pas du tout les mêmes pensées à l’égard de ce qui restait pour elle un inconnu. Au contraire, plus on est de fous plus on rit. Elle tournait tranquillement autour de Liam, la queue frétillante et laissant échapper de temps en temps un petit jappement. Finalement, elle s’assit entre les deux humains et donna l’air d’attendre qu’ils se bougent. Nusicaa, dont le regard n’était plus noir mais froid, détaillait toujours le nouveau venu, se demandant vaguement ce qu’il fichait là. Habituellement, les surveillants et autres membres du personnel avaient leur propres appart’ dans Lunel. Et rares étaient ceux à leur préférer les dortoirs du Domaine. Enfin bon, il y a toujours des exceptions…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-rose-noire.naturalforum.net/dossiers-valides-f45/nusic
Liam Samuels
Surveillant
avatar

Féminin Nombre de messages : 219
Age : 25
Cheval Attribué : Picasso
Métier : Surveillant
Animal de compagnie : Kheops
Galops :
4 / 74 / 7

Date d'inscription : 12/05/2008

Feuille de personnage
Âge / Année: 22 ans / Surveillant
Cheval: Picasso
Connaissances:

MessageSujet: Re: Rêve...ou presque [Nusicaa] -TERMINE-   Sam 30 Aoû - 22:26

    Bruquement. Oui, c'était bien le mot qui convenait à la façon dont la demoiselle se retourna. Et, étonemment, cela surpris Liam. En réalité, si la phrase du surveillant avait été prononcée sur un ton parfaitement froid et égal, il n'avait pas espéré que cela blesse la jeune femme. Or, après avoir vu sa réaction, il dut bien admettre que cela ne lui avait pas plus. Et au lieu de l'énerver, le regard noir et transperçant que la quatrième année l'amusa. Ou du moins, le fit sourire. Elle était réactive, on ne pouvait pas le nier. Lui aussi, en règle générale. Mais sa maturité lui permettait de reconnaître ses torts et, en l'occurence, il reconnaissait l'avoir abordée d'une façon plutôt brutale...Liam soupira.

    Contrairement à la plupart des élèves de la Rose Noire, Nusicaa faisait parti des élèves les plus âgés...En clair, les élèves qui techniquement étaient encore sous l'autorité des surveillants. Techniquement seulement ! Car il faut bien le dire, à 18ans, on n'a pas forcément envie de témoigner un signe d'obéissance à quelqu'un n'en ayant que trois de plus. Et inversement d'ailleurs, Liam détestait montrer sa supériorité hiérarchique à ce niveau-la. Ces élèves avaient, jugeait-il, les mêmes droits que lui. La plupart du temps dans ces cas-la, donc, il faisait profil bas.
    Et ce matin-la, il ne ressentait absolument pas le besoin d'imposer une quelconque barrière portant le nom de "surveillant". Non, c'était plutôt un jeune adulté confronté à une autre - plutôt de mauvais poil en l'occurence.

    Tout comme le regard noir qu'elle lui avait jeté précédemment, la réplique de la jeune femme amusa Liam plus qu'elle ne le vexa. Il décroisa les bras et les laissa pendre de nouveau le long de son corps, mains dans les poches. Debout sur le ponton, Liam songeait qu'il ne pouvait y avoir de vent plus violent qu'actuellement. Néanmoins il soutint le regard de la demoiselle, une lueur de malice installée au fond de ses yeux, bien que la pluie et l'ombre de la capuche empêchaient la visibilité de ce genre de détails. Un rictus mi-sarcastique mi-joyeux se forma au coin des lèvres du jeune homme, juste avant qu'il ne parle de nouveau.

    « Détrompe-toi miss, j'suis pas ici pour te faire chier avec cette affaire ou t'faire la morale. D'ailleurs, je n'avais nulle intention de reprocher ta présence ici. »


    Liam s'en voulu d'avoir prononcé cette dernière phrase sur un ton un peu plus avenant qu'il ne l'aurait voulu. Alors, comme pour ratrapper le tir, le jeune homme enchaîna avec une once de sarcasme parfaitement dosée, toujours de son timbre de voix grave et calme.

    « En revanche je ne suis pas certain que tu puisses gambader à ta guise avec des bequilles...Sans vouloir te vexer, bien sûr. »


    Un grosse bourrasque de vent passa au-dessus du lac et Liam se sentit vaciller...Un peu trop. Il failli tomber et se ratrappa de justesse d'un élan de bras. Puis, jugeant qu'il valait mieux ne pas rester debout, le surveillant s'assit prudemment là où, un instant plus tôt, il s'était trouvé debout. Il cala ses jambres repliées contre son torse et jeta à nouveau un coup d'oeil vers la demoiselle, sans rien ajouter toutefois. Il avait bien trop froid et était bien trop fatigué pour se prendre la tête...M'enfin, peut-être que la demoiselle, elle, ne serait pas de cet avis...En réalité, Liam avait plutôt envie d'un café bouillant, d'un fauteuil bien au chaud et d'une chaine hi-fi. Ah, et d'une cigarette aussi. Il aurait bien tenté de s'en allumer une sur le champ mais, avec le vent qu'il y avait, cela relèverait du défi. Alors il n'en fit rien et laissa vaguabonder ses pensées. Il revoyait son chat - un peu idiot pour le coup - qu'il aurait avec plaisir poussé dehors sous la pluie pour le punir, à la journée ennuyante qu'il avait eu la veille et celle épuisante (vu l'heure où il s'était levé) qu'il lui restait à passer...à...

    [Il n'est pas génial =S Je me ratrapperais au prochain 'vec notre super plan, promis =D]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nusicaa Wiltman (abs)
Admin & Apprentie
avatar

Féminin Nombre de messages : 791
Age : 24
Cheval Attribué : Flash
Métier : Apprentie Ethologue
Galops :
4 / 74 / 7

Date d'inscription : 11/05/2008

Feuille de personnage
Âge / Année: 19 ans / Apprentie éthologue
Cheval: Flash
Connaissances:

MessageSujet: Re: Rêve...ou presque [Nusicaa] -TERMINE-   Dim 31 Aoû - 10:11

    « Détrompe-toi miss, j'suis pas ici pour te faire chier avec cette affaire ou t'faire la morale. D'ailleurs, je n'avais nulle intention de reprocher ta présence ici. »

    Nusicaa avait de nouveau tourné la tête vers le lac. Les paroles de Liam lui arrachèrent un sourire sarcastique qu’il ne put pas voir. Qu’il n’ait pas l’intention de lui prendre la tête avec cette sortie nocturne ou la raison pour laquelle elle se trimballait une paire de béquilles était une intention louable de sa part. Sauf que, et il s’en était peut-être rendu compte, sa seule présence ici, sur le ponton emmerdait la jeune femme. Elle se demanda d’ailleurs s’il avait l’intention de s’éterniser ici ou s’il finirait par la laisser tranquille. Elle été assez de mauvais poil pour continuer à se prendre la tête, et, si l’envie de solitude se faisait plus urgent, elle n’hésiterait pas à le lui signifier. Liam reprit la parole. Son ton qui, jusque là, était resté plutôt détaché et froid ou même avenant en ce qui concernait sa dernière réplique avait prit une teinte sarcastique. Ses mots lui arrachèrent un autre sourie, mais bien moins moqueur cette fois. Ce qu’il ignorait sûrement, c’était que Nusicaa avait une certaine habitude des plâtres et de tout ce qui va avec. En effet, quand on est une sportive, qu’on travaille sur des agrès plus ou moins pendant des entraînements intensifs, qu’on est une grande championne de gym et, de plus, quand on s’avère être particulièrement casse-cou, les béquilles deviennent un peu comme une deuxième na ture. La jeune fille ne comptait plus le fois où, plus petite, elle s’était retrouvée dans une ambulance, un camion de pompier où aux urgences. Urgences… Ce mot lui arracha un frisson mais elle en détourna aussitôt ses pensées. Depuis quelques jours, elle avait imposé des barrières à son esprit. Chose qui l’énervait mais dont elle avait besoin, elle le savait, pour ne pas broyer du noir à longueur de temps. Sur un ton un peu moins sec que précédemment, mais beaucoup plus sarcastique, elle répondit à Liam :


    « T’es pas vexant. Emmerdant seulement… »

    Une grosse bourrasque de vent, plus violente que les autres fit s’envoler ces mots sans que Nusicaa ne sache s’il les avait entendus. Et comme, à vrai dire, elle s’en foutait totalement, elle se contenta de lui jeter un regard. Elle le surprit entrain de se rétablir dans un équilibre précaire d’un mouvement de bras. D’abords étonnée, elle laissa un vague sourire flotter sur ses lèvres. Ce n’était pas franchement le moment de tomber dans le lac. L’eau devait être glaciale ce qui, ajouté à l’air trop froid pour cette période estivale, ne manquerait pas de, au moins, rendre malade quiconque se risquerait à un petit bain nocturne. Liam finit par s’asseoir sur le ponton, ce qui arracha un soupir à la jeune femme. Apparemment, il n’était pas décidé à se tirer d’ici avant un certain temps. Elle posa une nouvelle fois son regard sur l’eau grise du lac. Le vent était violent ce soir. Bien plus violent que les deux jours précédents. La pluie n’en était que plus intense et s’écrasait avec bruit sur la surface du plan d’eau et pas la même occasion, sur les deux jeunes gens. Nusicaa soupira, en passa une main dans ses cheveux trempés. Malgré les épaisseurs qu’elle avait prit soin de porter, le vent et la l’eau s’infiltrait sous ses vêtements. Elle fut parcourue d’un petit frisson, commençant à sentir le froid. A côté d’elle, Lou, qui décidément s’amusait comme une folle, faisait les cent pas, jouant de temps en temps avec une goutte d’eau. Les bourrasques de vent la faisaient sursauter mais ne parvenaient pas à emporter son corps, pourtant loin d’être particulièrement lourd. La petite chienne posa son regard brun sur sa maîtresse puis alla s’installa tout contre elle. Cette dernière eut un sourire puis regarde la fine montre qu’elle portait au poignet. Quatre heures quarante huit.

    Elle posa un instant ses yeux sur Liam qui semblait perdu dans ses pensées. C’était elle qui allait s’en aller. En temps normal, cette idée ne l’aurait pas même effleuré mais là, la fatigue était bien trop présente pour ce genre de prise de tête. Avec l’âge, Nusicaa avait appris à contrôler un peu sa fierté. Elle fit bouger Lou puis empoigna sa paire de béquille. Le vent restait toujours particulièrement violent. Elle recula légèrement puis, prenant appui sur l’un des morceaux de plastique, elle commença à se lever. Elle n’eut pas le temps d’appuyer la deuxième béquille au sol. Une très brusque bourrasque la fit dangereusement vaciller. Nusicaa voulut rétablir son équilibre, mais c’est ce moment là que choisit Lou pour se mettre dans ses pattes. La jeune femme se sentit basculer. Dans un réflexe totalement incontrôlable, elle appuya sa jambe droite sur le sol. Immédiatement, la douleur se réveilla. Avec un cri étouffé, la belle bascula en arrière et glissa du ponton, laissant ses deux béquilles abandonnées sur le bois. Le choc de son corps contre l’eau sembla résonner indéfiniment tandis qu’elle s’enfonçait dans l’eau. Elle n’avait pas eu tort, c’était glacial et elle sentit la morsure du froid à travers ses différentes couches de vêtement. Ses yeux ouverts ne lui renvoyaient que des images floues, brouillées par l’eau. Passée la première surprise, Nusicaa, qui savait parfaitement nager, tenta de remonter à la surface avant de manquer d’air. Peine perdu. Sa jambe droite, dont la douleur s’était trouvée stimulée par le froid, était trop lourde. Le plâtre l’entrainait vers le fond sombre du lac et ses mouvements de bras ne suffisaient pas à compenser ce poids.

    Eh merde… eut-elle la présence d’esprit de penser. Au dessus d’elle, la petite lune était de plus en plus trouble. La jeune femme se concentra pour ne pas paniquer. Elle avait un bon souffle et si elle faisait attention, elle pourrait rester plus d’une bonne minute sous l’eau. Enfin, si elle réussissait à réitérer ses expériences de natation. Cependant, la douleur de sa jambe l’empêchait de rassemblait autant de concentration qu’elle l’aurait voulu et le froid ne l’aidait absolument pas. Il était tel que déjà ses membres s’engourdissaient. L’air commençait à lui manquer et elle sentit la panique poindre. C’est alors qu’il se passa quelque chose. L’eau se troubla encore plus autour d’elle et elle sentit comme des mouvements. Vaincue, Nusicaa ferma les yeux, se demanda vaguement comment elle allait bien pouvoir se sortir de là.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-rose-noire.naturalforum.net/dossiers-valides-f45/nusic
Liam Samuels
Surveillant
avatar

Féminin Nombre de messages : 219
Age : 25
Cheval Attribué : Picasso
Métier : Surveillant
Animal de compagnie : Kheops
Galops :
4 / 74 / 7

Date d'inscription : 12/05/2008

Feuille de personnage
Âge / Année: 22 ans / Surveillant
Cheval: Picasso
Connaissances:

MessageSujet: Re: Rêve...ou presque [Nusicaa] -TERMINE-   Dim 31 Aoû - 12:22

    Assis par terre, Liam les pensées de Liam le guidèrent vers les paroles de la jeune femme, auxquelles il n'avait pu répondre en raison d'une grosse bourrasque de vent. « T’es pas vexant. Emmerdant seulement… » Pour être franc avec lui-même, ces paroles l'avaient un peu vexé. Il n'avait pas l'habitude d'aller vers les gens et, une fois de plus, cela lui prouva qu'il n'avait pas tord. Certains étaient tellement butés...Certains. Peut-être s'était-elle simplement levée sur le mauvais pied ? De toute façon, le jeune homme avait décidé de ne pas lui répondre, de laisser couler. Elle ferait ce qu'elle voulait mais il se sentait parfaitement libre de ses gestes et de rester ici. Assis de la façon dont il l'était, il ne pouvait que distinguer la jeune femme un peu à sa gauche, mais si son attention était portée en face de lui, il ne la voyait pas. Et là, en l'occurence, il il la devinait seulement. Il suffisait que son attention décroisse pour que, si elle s'en aille, il ne la remarque pas. C'est exactement cela qui se produit.

    A vrai dire, il bouillonait...Cette histoire l'énervait bien plus qu'il ne l'aurait souhaité - surtout à une heure aussi matinale. Alors, comme pour passer ses nerfs sur quelques chose, le jeune homme sortit son paquet de cigarette, en tira une qu'il tint fermement abritée à l'aide de sa main près de sa bouche. De l'autre il extirpa son briquet de sa poche et essaya d'allumer sa clope - en vain. Le vent était bien trop fort et la pluie perçait entre ses doigts, humidifiant peu à peu le tabac. Il le savait avant même d'avoir commencé et, pourtant, cela l'énerva. Il jura sur un ton qui ne laissait nul doute quant à son état de pensée.

    « P'tin de ... »


    Au même moment, il entendit deux bruits distinctifs : celui de béquilles qui s'écrasent sur le sol, et l'autre d'un corps tombant lourdement dans l'eau. Pas même une seconde plus tard, la dalmatienne se mit à aboyer. Liam se releva instinctivement et s'approcha de l'autre côté du ponton. Il faisait noir et l'eau était sombre, pourtant il était sur d'avoir distingué des bras qui s'enfonçaient dans les profondeurs au lieu de remonter...Son sang ne fit qu'un tout. S'il avait souhaité qu'elle perde sa fierté, il ne lui avait nullement espéré cette -douloureuse- baignade. Une seconde, puis deux, puis trois puis...Ce n'était pas normal, elle aurait déjà du retrouver la surface et recommencé à pester. La chienne lançait des jappements qui sonnaient faible, Liam sentit son sang batte contre ses tempes. Et si elle était en train de se noyer ? Et si...Ca ne pouvait être que ça.

    Il n'était pas là pour jouer le preux chevalier qui vient sauver la princesse, et pourtant. Cela devait bien faire 20 secondes depuis qu'il avait entendu les béquilles tomber, son coeur battait à vive allure. Il ne songea pas à retirer son manteau pour le retrouver lorsqu'il remonterait, ou même à l'eau glaciale qui allait le submerger. Paniqué mais gardant l'esprit clair, le jeune homme se glissa dans l'eau près du ponton. Non, il n'avait pas plongé comme un super-héro, ou juste pour son plaisir personnel, pensant que si elle était en train de remonter, il pourrait y avoir une collision plutôt malvenue. L'eau lui donna la chair de poule tant elle était froide et s'infiltrait partout. Ses vêtements ne contenèrent plus une seule chaleur mais pesèrent une tonne, ses bottes d'équitation se retrouvèrent innondées. D'ailleurs, avez-vous déjà testé de nager avec des bottes? Liam parvint avec beaucoup de mal à rester hors de l'eau. Il prit une grande bouffée d'oxygène et plongea vers l'avant, nageant du mieux qu'il pouvait.

    L'eau était particulièrement trouble. De pluie, de boue, de vase, de nuit aussi. Les rayons de lune filtraient si faiblement...A tâtons, Liam descendit dans les profondeurs - qui n'étaient pas si profondes que ça, d'ailleurs ! Il ne pouvait rien distinguer visuellement alors il les ferma et continua sa recherche. Les secondes passaient et il ne sentait rien, absolument rien. Pas de trace d'une quelconque personne. D'abord, il crut qu'elle était remontée et qu'il passerait pour un idiot fini. Et puis des mouvement d'eau vinrent le pousser vers le haut : il y avait quelqu'un ou quelque chose qui bougeait, un peu plus bas. Le souffle commençait à lui manquer et, d'un dernier coup de bras puissant, Liam se propulsa vers le fond en ouvrant les yeux. Bingo ! Il devait être tout proche de Nusicaa car, s'il ne la voyait que sous forme indéfinie, la main de la jeune femme bougea devant lui.

    Liam saisit le poignet de Nusicaa avec fermeté, peut-être un peu trop brusquement. Puis il donna un grand coup de pied dans le sol et, tenant toujours l'avant bras de la jeune femme, sentit qu'il remontait vers la surface. Il s'aida de son bras libre et, bientôt, l'eau devint de moins en moins trouble. Liam n'avait pas particulièrement de souffle et, surtout, il ne savait pas le gérer. Il se sentait au bord de l'explosion quand l'air glacial vint s'engouffrer dans ses narines et sa bouche légèrement entrouverte. Instinctivement, sa main gauche chercha le ponton pour se retenir, la droite tenant toujours le bras de Nusicaa.
    L'air glacé lui brûlait la gorge, mais il appréciait de pouvoir respirer à nouveau. Il avait envie de vomir, ses jambes étaient raides et engourdies. Liam ferma les yeux deux-trois secondes, histoire de reprendre ses esprits. Il tremblait de froid et peut-être d'un peu de peur aussi. Il eut un haut-le-coeur puis, réalisant qu'il n'avait pas lâché la quatrième année, Liam tourna sa tête vers elle avant de s'exclamer d'une voix rauque et aussi glaciale que l'air:

    « Tu vois, parfois, les emmerdeurs sont utiles. »


    Son regard lançait des éclairs et toute la pression qu'il avait accumulée durant les jours précédents, voir les minutes également, retomba. Il se permit de penser qu'au moins, maintenant, elle aurait peut-être un peu plus de sympathie à son égard. Après tout, appelez ça comme vous voulez, mais il était presque certain de lui avoir sauvé la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nusicaa Wiltman (abs)
Admin & Apprentie
avatar

Féminin Nombre de messages : 791
Age : 24
Cheval Attribué : Flash
Métier : Apprentie Ethologue
Galops :
4 / 74 / 7

Date d'inscription : 11/05/2008

Feuille de personnage
Âge / Année: 19 ans / Apprentie éthologue
Cheval: Flash
Connaissances:

MessageSujet: Re: Rêve...ou presque [Nusicaa] -TERMINE-   Dim 31 Aoû - 14:02

    Les mouvements autour de Nusicaa s’intensifiaient, mais elle ne savait dire si c’était elle où quelque chose d’autre qui causait ces courants. Tout se confondait… Le sang lui battait aux tempes et elle tentait désespérément de garder le peu de souffle qui lui restait. Inexorablement, elle s’enfonçait vers le fond du lac. Son plâtre la tirait vers le bas sans qu’elle ne puisse y faire grand-chose, ses membres étaient trop engourdis par le froid. Même la douleur de sa jambe, qu’elle ne sentait même plus. Les secondes semblaient passer aussi longues que des heures. Pourtant, en elle, elle bouillonnait. Après avoir survécu à un grave accident de gym, une blessure à la nuque et un rencontre dramatique, elle n’allait quand même pas finir noyée dans un lac d’à peine trois mètres de fond. Ce serait trop injuste. Seulement, si son esprit était encore totalement lucide, son corps refusait d’obéir à son cerveau. Oui, c’était injuste, mais c’était comme ça… Le souffle lui manquait. Sentant la panique l’envahir pour de bon, Nusicaa ouvrit les yeux. De petites bulles s’échappaient de sa bouche, immédiatement fauchées par les mouvements au dessus d’elle. La jeune femme n’était toujours pas résignée à se laisser et tenter vainement d’insuffler un peu de force dans ses bras et ses gens quand une ombre se dessina au dessus d’elle.

    Presque immédiatement, quelque chose lui saisit brusquement le poignet. La jeune femme étouffait. Elle jeta un regard au dessus d’elle pour voir la silhouette d’un corps humain. Dans un reflexe de survie, elle agrippa le poignet qui la tenait fermement. La tête lui tournait et c’est à peine si elle se sentit soudain bouger, remonter vers la surface. Ses yeux s’étaient de nouveau fermés tandis qu’elle avait vaguement conscience des courants autour d’elle. Elle se contenta de rester agrippée de tout ce qu’il lui restait de forces à ce secours inespéré. Au bout d’un temps indéfiniment long, elle sentit soudain un brusque changement autour d’elle. Sa tête, ses poumons, son cœur… tout allait exploser quand elle émergea enfin de l’eau. Sa bouche s’entrouvrit légèrement, et un flot d’air pénétra dans sa gorge. Tout était froid et blanc. L’air était boqué dans sa gorge et la brûlait. Une toux douloureuse s’empara d’elle comme si ses poumons réagissaient tous seuls pour chasser l’eau dont ils s’étaient emplis. Les yeux fermés, Nusicaa sentit un vertige l’assaillir. Elle était incapable de faire le moindre mouvement. Le froid la mordait et elle toussait, encore et encore, quand, enfin, une grande bouffée d’air put parvenir jusqu'à ses poumons. Ca brûlait, mais, bon Dieu, que ça faisait du bien. Après une nouvelle quinte de toux, Nusicaa ouvrit les yeux. La terre et l’eau tournait. Doucement, elle secoua la tête, ignorant un second vertige.

    Quand enfin tout fut redevenu clair, elle posa son regard sur la silhouette qui se dessinait près d’elle. Un homme. Ses yeux firent une difficile mise au point et son cerveau essaya d’insuffler dans toutes ses parties la lucidité suffisante à ce qu’elle retrouve ses esprits. Quelques secondes lui furent nécessaires avant qu’elle ne puisse clairement déchiffrer les informations que tout son corps lui envoyait. Elle souleva ses paupières qu’elle avait de nouveau fermées et put enfin reconnaître le jeune homme en face d’elle. Liam. Celui-ci tenait toujours fermement le poignet de la jeune femme et semblait «également dans un sale état. Nusicaa, malgré ses membres engourdis, força son bras à imiter le geste du surveillant et à agripper le ponton. Sa jambe droite semblait peser des tonnes et des tonnes et la belle se prit à maudire le plâtre, qui l’avait entraîné au fond du lac. Au dessus d’elle, Lou aboyait et jappait, et on pouvait deviner une espèce de panique dans le timbre de sa voix. Mais Nusicaa n’y prêta pas attention. Son regard se posa une nouvelle fois sur Lima qui, visiblement, avait reprit ses esprits. Le regard de ce denier était presque aussi noir que celui que lui avait lancé l’élève quelques minutes plus tôt quand sa voix, rauque et glaciale s’éleva.

    « Tu vois, parfois, les emmerdeurs sont utiles. »

    Nusicaa prit une grande inspiration avant d’être secouée d’une nouvelle quinte de toux. Elle repassa en vitesse accélérée ce qui s’était passé et ce qui s’était dit depuis qu’elle l’avait rencontré ce soir et parvint enfin à mettre le doigt sur ce à quoi il faisait référence. La fierté de la jeune femme lui parut absurde. Une fois de plus, quelqu’un qu’elle connaissait à peine avait fait les frais de sa mauvaise humeur et de son sale caractère. Elle lâcha un soupir qui lui brûla la gorge. Sauf que cette fois-ci, elle avait eu de la chance de tomber sur quelqu’un d’à peu près imperméable aux paroles qu’elle prononçait. Sauf à sa dernière réplique visiblement… Elle songea un instant à ce qui aurait pu arriver si Liam avait eu la même réaction que la plupart des gens qu’elle rencontrait quand elle était de mauvaise humeur. Aux conséquences que cela aurait eu si, lui aussi, était tout simplement partit. Elle fut prise d’un frisson, qui n’était pas seulement dut à la température de l’eau ou de l’air. Elle se serait sûrement noyée, ni plus ni moins ; Elle se sentit soudain un peu honteuse de l’avoir envoyé balader comme elle l’avait fait, mais surtout, elle sentit submergée par un vague de reconnaissance. Après tout, ce qu’il avait le méritait bien, il lui avait sûrement sauvé la vie. La main de Nusicaa se serra légèrement autour de poignet qui l’agrippait toujours avant un sourire contrit ne s’affiche sur son visage. D’une voix à peu près aussi rauque que celle du jeune homme, elle répondit :

    « Je… J’suis désolée… »

    Elle reprit sa respiration qui, décidément, semblait lui faire encore un peu défaut puis souffla :

    « Merci… »

    Elle dégagea une nouvelle mèche rebelle de devant ses yeux bruns puis se rendit compte qu’elle tremblait littéralement. De froid, de peur… Sûrement des deux. Son souffle était bruyant et sa poitrine se soulevait visiblement au rythme de sa respiration. Sur le ponton, Lou tournait en rond, sans comprendre ce qu’il se passait. Nusicaa détacha son regard de Liam pour le poser sur sa chienne. Elle grelottait et réalisa qu’ils étaient toujours dans l’eau, particulièrement froide. Elle poussa un soupir, ignorant si le surveillant était toujours aussi en colère, puis proposa :

    « Euuh… Faudrait peut-être qu’on se sorte de là si on veut pas terminer congelés… »

    Sans attendre la réponse, elle força ses membres engourdis à bouger. Sa jambe droite lui faisait de nouveau mal. Elle envisagea de grimper directement sur le ponton mais elle se rendit bien vite compte que c’était mission impossible. Elle observa autour d’elle, histoire de repérer le bord. La nuit grisâtre lui permettait à peine de le deviner, à une trentaine de mettre d’eux. Difficilement, elle se mit à nager dans cette direction. Ils se trouvaient à peu près au milieu du lac, soit à l’endroit le plus profond. Restant accrochée au ponton pour ne pas de nouveau se faire entraîner vers le fond et glissa ainsi jusqu’au sable qui bordait le lac. Quand elle sentit le sol sous ses pieds, elle fit tout pour éviter le choc de sa jambe blessée contre le sol. Elle avait eu plus que son lot de catastrophes cette semaine. Quand elle arriva enfin sur les bords, elle parvint difficilement à se mettre debout, en s’appuyant sur un arbre. Elle se sentit chanceler mais se rattrapa rapidement. Ses béquilles était restée sur le ponton…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-rose-noire.naturalforum.net/dossiers-valides-f45/nusic
Liam Samuels
Surveillant
avatar

Féminin Nombre de messages : 219
Age : 25
Cheval Attribué : Picasso
Métier : Surveillant
Animal de compagnie : Kheops
Galops :
4 / 74 / 7

Date d'inscription : 12/05/2008

Feuille de personnage
Âge / Année: 22 ans / Surveillant
Cheval: Picasso
Connaissances:

MessageSujet: Re: Rêve...ou presque [Nusicaa] -TERMINE-   Dim 31 Aoû - 15:32

    Pour la première fois de la soirée, Liam fut étonné positivement d'une réplique de la jeune femme. Certes, cela faisait toujours chaud au coeur que quelqu'un s'excuse mais, là, c'était plus profond. Elle s'était excusée, elle l'avait remerciée. Liam considéra ça comme une sorte d' aboutissement à leur mésentante, à présent leur dispute lui semblait bien loin et, surtout, bien ridicule...Si, quelques minutes auparavant, quelqu'un lui avait dit qu'il allait plonger pour la ramener à la surface, Liam lui aurait rit au nez. Il s'en voulu de penser ça et, comme pour se faire pardonner d'une parole qu'il n'avait formulée que mentalement, Liam hocha la tête. Il avait décidé de ne pas répondre aux remerciements de la jeune femme, histoire de la faire mariner un peu - un petit peu. Et puis de toute façon, l'air était tellement glacial qu'il valait mieux éviter de parler et d'ouvrir la bouche au risque de se brûler la gorge.

    Alors que le surveillant allait proposer de se hisser sur le ponton, Nusicaa lui vola ses mots. Oui, il était certain qu'il valait mieux sortir de là tout de suite, même si le retour à l'académie ne serait pas une partie de plaisir. Il jeta un coup d'oeil autour de lui, le jour était encore loin de se lever et, surtout, d'être assez puissant pour réveiller les élèves. Avec un peu de chances cet incident resterait secret, et personne ne pourrait leur poser des tas de questions insencées. Liam profita de la « bonne humeur » de la jeune femme pour lui répondre. Son ton s'était drôlement adouci : il ne lui en voulait plus.

    « J'suis pas sûr qu'on ait bien plus chaud à l'extérieur, mais ça ne me semble pas être une mauvaise idée...»


    Aussitôt dit aussitôt..presque fait. Liam, dont les yeux s'étaient parfaitement remis et habitués à l'obscurité, aperçut le regard envieux que Nusicaa jeta au ponton, suivi de sa moue déçue lorsque, il le comprit bien vite, elle vit qu'elle n'y arriverait pas. Il ignorait lui même s'il y arriverait, tant il était lourd par ses vêtements trempés. Une seconde fois, la jeune femme anticipa et commença sa traversée du lac en se tenant bien au ponton. Liam, lui, sachant qu'elle était de nouveau en sécurité - elle ne tarderait probablement pas à avoir pied, tenta le tout pour le tout. Il cala ses deux mains sur le ponton, fléchi ses bras et, donnant toute la puissance qu'il lui restait, se hissa sur ces derniers. En escaladant comme il le put, le surveillant se retrouva le ventre sur le ponton et parvint à extirper ses jambes de l'eau, ce qui fut le plus difficile en raison de ses bottes. Il resta assis quelques instants et ferma les yeux, avant de les rouvrir quand un coup de tête se fit ressentir contre son épaule. .La chienne de Nusicaa. Il lui gratouilla le dessus de la tête et, rapidement, la dalmatienne fit demi-tour et s'élança à vive allure à l'opposé du ponton, vers la rive où était sencée arriver Nusicaa.

    Liam suivi la chienne du regard quand une nouvelle bourrasque de vent vint le frapper de plein fouet. Cela eut sur lui un effet de coup de jus. Il mourrait de froid malgré les gouttes de sueur qui perlaient sur son front. Il se releva aussi vivement que maladroitement. Et alors qu'il allait retourner sur la rive, il s'aperçut qu'il ne pourrait marcher bien loin avec ses bottes, tant elles étaient lourdes. Alors il s'assit de nouveau et entama d'enlever ses bottes. Autant dire qu'avec l'eau qu'il y avait dedans, ce ne fut pas une mince affaire. Néanmoins il termina par y arriver, et cette mince consolation (ses bottes en cuir étaient fichues!) lui arracha un demi-sourire. C'est également à ce moment-la qu'il aperçut les béquilles de Nusicaa, à l'emplacement exact où elles étaient tombées quelques petites minutes - qui lui paraissaient des heures - auparavant. Liam se mit debout, ses chaussettes aussi détrempées que le bois, ramassa les béquilles ainsi que sa paire de chaussures.

    * J'vais les garder en souvenir de mon premier sauvetage, tiens...*


    Ironisa-t-il intérieurement. Ses vêtements dégoulinaient de partout, son manteau le gênait mais il ne pouvait pas l'enlever, faute de bras disponibles pour le porter. Alors, Liam entreprit de prendre le même chemin que la chienne et s'avança vers le bord où la jeune femme semblait arriver - du moins si la masse qu'il voyait bouger dans l'eau et l'obscurité était bien elle.
    Une fois à destination sa pensée se confirma, Nusicaa était bel et bien arrivée, elle tentait de se mettre debout avec les moyens du bord : un arbre. Le vent et la pluie n'avaient pas faiblis, et il admettait que ce ne devait pas être une tâche facile pour elle. Il se félicita intérieurement d'avoir vu les béquilles. Comme pour confirmer cette idée, il la rejoint à pas plus rapides.

    « Ca m'étonnerait pas que ce soit plus facile avec ça...»


    Annonça-t-il avec un sourire en tendant les "bâtons" à la jeune femme. Il en profita pour jeter un coup d'oeil à son plâtre qui, vraisemblablement, ne semblait pas avoir apprécié la baignade. A tous les coups, il allait lui falloir faire un tour par l'hosto' le lendemain. Liam lui, se contenterait de passer - s'il arrivait à dégoter sa matinée - plusieurs heures au chaud, enfoui sous ses couettes avec un bon café. Enfin, à condition qu'il puisse rentrer chez lui, et que les autres surveillants acceptent de faire son boulot, il n'y avait rien de moins sûr. Cela ne lui arrivait pas souvent, d'ailleurs il n'avait encore jamais pris de vacances ou RTT depuis son arrivée au domaine, et il espérait au plus profond de lui avoir droit à cette matinée. Néanmoins pour cela il lui faudrait discuter de cette mésaventure avec quelqu'un. De toute façon, Nusicaa serait obligée de voir ça avec l'un des dirigeants. Liam ravala sa question et reporta son attention sur la demoiselle, après tout ils pourraient discuter de tout ça dans de meilleures conditions...

    « C'est pas que j'aime pas le lac mais ne pense-tu pas qu'on ferait mieux de rentrer? »


    En temps normal, Liam aurait très certainement proposé d'aller chez lui, histoire de boire une boisson chaude et de se poser d'épaisses couvertures sur le dos. Néanmoins son appartement se trouvait à Lunel et, si on lui avait prêté une chambre au domaine durant ces quelques jours d'intempéries où la circulation en voiture était impensable, il n'avait absolument pas de quoi recevoir. Préférant le lui dire directement plutôt que de se retrouver idiot une fois au Domaine, Liam enchaîna.

    « En revanche, mon chez-moi est à Lunel & je crains ne pas pouvoir t'y amener...Bon, tu peux marcher? »


    La question n'était pas de savoir si elle pouvait marcher avec des béquilles, mais si elle pouvait le faire en étant terriblement alourdie, ses chaussures trempées et dans un sol boueux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nusicaa Wiltman (abs)
Admin & Apprentie
avatar

Féminin Nombre de messages : 791
Age : 24
Cheval Attribué : Flash
Métier : Apprentie Ethologue
Galops :
4 / 74 / 7

Date d'inscription : 11/05/2008

Feuille de personnage
Âge / Année: 19 ans / Apprentie éthologue
Cheval: Flash
Connaissances:

MessageSujet: Re: Rêve...ou presque [Nusicaa] -TERMINE-   Dim 31 Aoû - 16:33

    Oui, les béquilles de Nusicaa étaient restées sur le ponton. Au bout du ponton même. Or, celui-ci avait au moins une bonne trentaine de mètres de longueur, à peu près ce qu’elle venait de faire dans l’eau. Un courant d’air glacé arracha un violent frisson à la jeune femme. Elle était morte de froid avec ça. Son regard se posa sur la jetée de bois, qu’elle ne devinait qu’a peine et put voir la silhouette de Liam se dessiner dans la nuit. Elle eut un léger sourire. Encore une fois, le jeune homme était la solution du problème. Si elle ne se trompait pas et que ses yeux n’étaient pas encore abrutis par sa baignade improvisée, elle pouvait également apercevoir dans l’une de ses mains deux longues tiges qui rappelaient assez bien deux béquilles. Elle frissonna une nouvelle, pensant avec mélancolie à la couette bien chaude qu’elle avait eue le malheur de quitter. Décidément, les sorties de bons matin ne lui réussissaient plus, que ce soit quatre ou six heures… Elle se mordilla la lèvre. Arrête un peu de penser à ça, bordel ! Obéissante, la belle reporta son attention sur Liam. Maintenant, elle le voyait plus clairement et pouvait être certaines que c’était bien les béquilles qu’il apportait. Ainsi, au passage, que sa paire de bottes dans l’autre main. Ce détail lui rappela qu’elle aussi était trempée. Tient, comme si elle pouvait l’avoir oublié… Ses épaisseurs de vêtement étaient devenues, au lieu d’une aide contre le vent, un handicap sérieux pour la marche. S’appuyant comme elle le pouvait contre l’arbre, Nusicaa entreprit d’enlever son manteau. A peine eut-elle réussit qu’elle sentit le froid s’intensifier. Elle grimaça, tressaillit mais se sentait soudain beaucoup plus légère. Elle tenta d’essorer un peu le manteau mais décida, en voyant son état, qu’il était foutu. Tant mieux, depuis le temps qu’elle voulait s’en débarrasser

    Deux secondes plus tard, Liam parvint à sa hauteur. Il lui tendit ses béquilles en annonçant que les choses seraient bien lus facile avec. Nusicaa, qui ne pouvait qu’approuver, attrapa les « bâtons » et s’appuya dessus avec un sourire à l’intention du surveillant. Comme quoi, son attitude avait quand même radicalement changé, depuis le début de la soirée. Il faut dire qu’une quasi noyade n’était pas le programme qu’elle s’était prévu à l’origine… Elle se débrouilla pour caler son manteau de façon à ce qu’il ne la gêne pas puis jeta un regard sur sa jambe, toujours douloureuse. Le médecin va me tuer… songea-t-elle en se résignant à admettre qu’il était foutu lui aussi. De plus, elle n’avait aucun envie de retourner à l’hôpital, lieu chargé de souvenirs douloureux. Assez douloureux pour qu’elle décide de repousser la question à plus tard. Elle frissonna une nouvelle fois et jeta un regard sur le lac. La paysage n’avait en rien changé depuis qu’elle était arrivée. Il régnait toujours ici une atmosphère un peu magique mais la jeune femme était un peu encline à l’admirer. A ses pieds, Lou observait sa maîtresse avec curiosité, se demandant sûrement ce qu’elle était allée faire dans l’eau à cette heure-ci. Cette dernière lui gratouilla distraitement le crâne puis reporte son attention sur Liam qui venait de parler.

    « C'est pas que j'aime pas le lac mais ne pense-tu pas qu'on ferait mieux de rentrer? »

    Oh que si… pensa Nusicaa en grimaçant à l’idée de devoir se taper les escaliers qui menaient aux dortoirs. Il y avait bien un ascenseur quelque part, mais la jeune femme n’ayant jamais jugé utile de l’utiliser – les béquilles ne la gênaient ordinairement pas – elle ne s’était encore pas une seule fois demandé où il pouvait bien se trouver. Et si une perspective ui était encore moins agréables que celle de monter les escaliers trempée et alourdie, c’était bien celle de devoir chercher, dans le même était, un truc dont elle n’aurait l’utilité qu’une seule fois. Elle lâcha un soupir, quand Liam reprit la parole.

    « En revanche, mon chez-moi est à Lunel & je crains ne pas pouvoir t'y amener...Bon, tu peux marcher? »

    Nusicaa fit la moue. Elle se doutait bien que Liam n’habitait pas à l’internat et ses doutes du début de soirée étaient confirmés, il ne créchait à l’internet que parce qu’il ne pouvait retourner chez lui. Elle songea aux logements de dépannages du personnel. Elle était déjà passé devant et avait été surprise de trouver ces chambres encore plus spartiates que celles des élèves. A vrai dire, ces derniers n’avaient pas trop à se plaindre… Ils disposaient d’un espace assez grand pour y entreposer toutes leurs affaires, d’un lit, d’une armoire, d’une commode et d’une table, le tout assez harmonieusement installé. La jeune femme avait même pu ramener de quoi se préparer des boissons chaudes quand elle voulait éviter la cafet’. D’ailleurs, elle se promit de se servir un café bouillant et très serré immédiatement en arrivant. Elle posa son regard sur Liam, se doutant que s’il était rentré chez lui il aurait fait la même chose. Sauf que sa chambre ne devait pas être équipée pour ça… Elle afficha un sourire à l’idée qui venait de germer dans sa tête. Après tout, un sauvetage improvisé méritait bien un café, non ?

    « Pour marcher, ça devrait aller… Du moins, on va faire avec. Par contre, si ça t’intéresse, j’ai de quoi faire du café dans ma chambre. »

    Sa voix était toujours rauque mais avait repris un peu du poil de la bête. Elle n’en affichait pas moins un sourire avenant à l’adresse de Liam. Sa proposition était totalement dépourvue d’arrières pensée [xD] mais elle jeta tout de même un regard vers la bâtisse des dortoirs, à peine visible entre le brouillard, la pluie et surtout la nuit. Aucune lumière n’était allumée. Elle songea à ce qui pourrait se passer si un surveillant, dont elle ignorait l’âge, était prit en train de boire un café dans la chambre d’une élève de quatrième année. Elle fit a moue. Les gens ont toujours tendance à tirer des conclusions hâtives dans ce genre de situation. Même si la jeune femme avait sa conscience pour elle, elle n’avait absolument pas besoin de ce genre de publicité, en plus des rumeurs qui couraient déjà sur son accident aux plaines. Elle frissonna une nouvelle fois. Bordel ce qu’il faisait froid. Elle posa son regard sur Liam, se demanda s’il songeait aux mêmes choses qu’elle. Quand la réponse, positive, arriva, la jeune femme hocha brièvement la tête puis fit un pas sur ses béquilles avant de se retourner.

    « Ben, go alors. »


    Elle reprit sa marche difficile, veillant à ce que ses béquilles ne s’enfoncent pas dans le sol boueux à chaque pas. Le retour s’annonçait compliqué…



TOPIC TERMINE

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-rose-noire.naturalforum.net/dossiers-valides-f45/nusic
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rêve...ou presque [Nusicaa] -TERMINE-   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rêve...ou presque [Nusicaa] -TERMINE-
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
. Domaine de la Rose Noire . :: ACCUEIL :: ARCHIVES :: RP-
Sauter vers: